Archives

    Didi Angaika, ministre provincial de la fonction publique
    Photo d’archive
    Le ministre provincial de la fonction publique de la province de l’Ituri qui conduisait une assistance auprès des déplacés du camp de l’hôpital général de Bunia, Didi Angaika, a échappé de justesse à un lynchage après avoir été confondu à un chef Lendu dans ce site peuplé en majorité par des Hema.
    « L’institut national de préparation professionnel, INPP en sigle, devait remettre un lot de vivres et non vivres aux déplacés et comme je suis le ministre de tutelle, je devais participer à l’activité. Mais il se peut que les déplacés m’ont confondu au chef Longbe des walendu Tatsi et ils voulaient ma mort, la police m’a sauvé de justesse » a expliqué le ministre Didi, joint au téléphone par buniaactualite.com

    Le chef Longbe est soupçonné par ces déplacés d’être l’instigateur des massacres qui ont occasionné leur fuite et l’incendie de leurs villages en territoire de Djugu.

    Dans ces échauffourées entre la police qui protégeait le ministre et la foule des déplacés qui lançaient des projectiles pour atteindre ce membre du gouvernement lui-même un sujet Lendu, un officier de la police, le capitaine Nicolas, bien connu sous le nom de Sarkozy, a été tué, atteint par une pierre au front, témoigne ses collègues.
    Au centre de santé Bigo, on a enregistré également deux blessés légers qui suivent des soins.

    Sur place au camp, la tension est perceptible entre la police, affectée par la mort de l’un de ses officiers les plus populaires et les déplacés qui eux-mêmes ne décolèrent pas pour n’avoir pas réussi à abattre celui qu’ils considèrent à tort comme « leur bourreau », qui n’est autre que le ministre provincial.
    Plusieurs policiers qui ont connu le défunt, des femmes et beaucoup d’habitants de Bunia, inconsolables, ont accourus vers la morgue de l’hôpital général ou le corps a été conduit.

    La Rédaction

    Leave A Reply