Archives

    Image d’illustration
    Le territoire d’Irumu situé au sud de la province de l’Ituri, à la frontière avec le Nord Kivu enregistre de nouvelles vagues de déplacés fuyant la recrudescence des atrocités à Beni, attribués à de présumés rebelles ougandais de l’ADF.

    L’Ong de défense des droits de l’homme dénommée « Convention pour le respect des droits de l’homme » CRDH en sigle, basée dans cette contrée, dit avoir enregistré plus de 355 ménages installés dans les villages de Mabelenga, Ndalya et Otomabere situés à plus de 100km au sud de Bunia.

    « C’est depuis le 17 octobre 2018 qu’on a commencé à enregistrer ceux qui arrivent et jusque-là c’est plus de 355 ménages établis dans des familles d’accueil mais dépourvus de toute assurance » a indiqué Christophe Mumbere, coordonnateur de cette organisation, joint au téléphone par buniaactualite.com
    Il sollicite l’implication des autorités compétentes et autres partenaires humanitaires pour voler au secours de ces personnes dont le nombre est en permanente augmentation.

    Au delà de l’insécurité, Beni est également affecté par l’épidémie à virus ebola et cette arrivée massive des déplacés dans la partie sud de l’Ituri augmente le risque de contamination dans cette région.
    Il y a plus de deux ans, les premières vagues de déplacés fuyant les massacres perpétrés par les ADF sont arrivés en Ituri, accueillis dans des camps de fortune dans la localité de Komanda.

    La Rédaction

    Leave A Reply