Archives

    Depuis une semaine environ, la campagne électorale a été lancée en République Démocratique du Congo en prélude des élections du 20 décembre 2023. Les principales villes du pays bougent déjà au rythme de propagande.

    Plusieurs candidats aux élections présidentielles font des tours dans différentes provinces, des divers coins et recoins de la République pour gagner la confiance des électeurs. Qu’il s’agisse de Denis Mukwege, de Félix Tshisekedi, Martin Fayulu ou de la coalition Moïse Katumbi, Matata Mponyo et Seth Kikuni… tous sont sur la liste.

    Faire le plein !

    Il paraît que le seul indicateur pertinent pour tous les candidats reste une foule ou comme certains disent « la marré humaine ».
    Il n’est pas rare de voir de mention « … a été reçu par une foule immense à Bunia ou dans telle ou telle autre ville » sur les réseaux des partisans des différents candidats. Ceux qui n’ont pas pu faire le plein sont soit critiqués négativement ou soit simplement dénigrés.

    Il semblerait que la campagne électorale ne se résume qu’en un seul mot « faire le plein ».

    La politique semble donc à suivre la musique, l’art de polémique en RDC. Les candidats à la présidentielle aimeraient bien se comparer à Fally Ipupa ou Fere Gola. La Campagne électorale congolaise s’est donc transformée en un vaste terrain de polémique.

    Mais faire le plein est-il synonyme d’être réellement populaire ou consommé par la population ? Seule la période après élection pourrait départager.

    Samuel Isenge

    Leave A Reply