Archives

    Un glissement de terrain survenu au camp de pêche de Tara a fait plusieurs morts la matinée du mercredi 16 Août 2017, selon le Vice-gouverneur de la province de l’Ituri Pacifique KETA UPAR, joint par BUNIAACTUALITE.COM.
    Ceci à la suite de fortes pluies qui s’étaient abattue dans cette région enclavée et coincée entre la chaîne des montagnes des monts bleus et le lac Albert.
    « Nous confirmons qu’une montagne a recouvert le camp de pêche de TARA, au groupement DHENDRO, Chefferie de Bahema Nord en Territoire de Djugu. Au total 40 corps ont été retrouvés mais on estime à plus de 150 le nombre des victimes. Nous avons ordonné l’arrêt des travaux de fouilles pour éviter la propagation des maladies car une semaine après le drame, il n’y a plus de chance de retrouver des survivants » a indiqué M. Upar, au retour d’une visite qu’il a effectuée sur le lieu.
    La Croix-Rouge locale, unique organisation humanitaire présente sur le lieu, sans équipements ni produits médicaux appropriés, affirme avoir assisté les jeunes du milieu dans les opérations de sauvetage.
    ‘‘Nous n’avons pas d’insignes, mais nous sommes présents ici depuis le 16 Août 2017, jour
    de l’incident. Nous avons réussi à acheminer 5 rescapés à l’hôpital de TCHOMIA et nous avons
    sauvé leurs vies” a affirmé UDAGA Moise, responsable de cette organisation dans la contrée.
    Arrivé sur place 10 jours après le drame, Emmanuel RAMAZANI SHADARI, ministre congolais de l’intérieur a remis un lot important de médicaments, des bâches en plastique, des
    tôles, des ustensiles de cuisine, des vivres et des habits. Aux 190 orphelins recensés, il a remis des effets scolaires et a payé leurs frais de scolarité. Il a aussi remis une somme importante d’argent en guise des frais de funérailles aux 40 familles sinistrées pour l’enterrement des corps.
    ‘‘Nous sommes venus compatir avec la population sinistrée de Tara, leur remettre l’assistance du
    gouvernement et les sensibiliser à éviter de construire sur des endroits dangereux. Nous devrions arriver si tôt, mais nous avions attendu le rapport du gouvernement provincial qui devait nous faire un état des lieux et évaluer les besoins les plus urgents » a laisse entendre le ministre Shadari devant la presse sur place à Tara.
    Il faut noter cependant que le ministre Shadari n’a pas mis ses pieds sur le site du drame situe à 1km plus au sud et il ne s’est pas incliné sur cette grande fosse commune qui comptait jadis au total 70 maisons d’habitation mais où il n’en reste plus que cinq. Même la cérémonie de pose d’une croix en guise de deuil, pourtant prévue sur l’agenda du ministre n’a jamais eu lieu.

    Grace à l’aide reçue, qui devra leur permettre de se relocaliser, notamment en construisant de nouvelles maisons, aux orphelins de retourner à l’école, les rescapés de cette catastrophe réapprennent à vivre ….
    Luc MALEMBE

    Leave A Reply