Archives

    Les services de renseignements civils ont mis la main le 30 janvier dernier, sur 22 sacs contenant des minerais qui ressemblent au Colombo Tentalite, coltan, utilisé dans la fabrication des composants informatiques des téléphones portables et des ordinateurs. Les faits se sont passés au poste frontalier d’Ambere en territoire de Mahagi, situé à plus de 180 km au nord de Bunia, en Ituri, à la limite entre la RDC et l’Ouganda.

    Ces matières premières étaient transportées à bord de 3 véhicules convoyés par deux éléments FARDC, deux chauffeurs congolais et deux sujets ougandais. Les 6 suspects ont tous été arrêtés et acheminés à Bunia où ils sont détenus, confirme une source proche du dossier, contactée par buniaactualite.com

    Les minerais ont été chargés et convoyés par les deux militaires de l’armée nationale à partir de la localité de Mabanga en territoire de Djugu, avec objectif de les évacuer en Ouganda.

    Les soldats loyalistes étaient en possession d’un bulletin de service signé par le Lieutenant-colonel N’chaki Mangiliabo Michel, chef des renseignements militaires au secteur opérationnel FARDC en Ituri. C’est ce bulletin qu’ils brandissaient à chaque barrière et qui les a permis d’avancer jusqu’à atteindre la frontière.

    Chose grave, confie notre source sous couvert de l’anonymat, ce document serait approuvé par le Général Kabundi Munyanziza Innocent, commandant de ce secteur opérationnel. Un des sujets ougandais, au cours de l’interrogatoire, a même déclaré qu’il est venu au Congo pour une transaction commerciale autour d’une machine excavatrice et d’une vingtaine des vaches avec le géGénéralnéral Kabundi. L’excavateur est une machine utilisée dans l’extraction des minerais.

    L’Ituri n’est pas connue comme productrice du coltan, d’où la question sur l’origine de ce minerais.

    L’armé reconnais les faits mais rejette toute implication du général Kabundi dans ce dossier
    « Il y a eu des militaires du bureau 2 qui se sont impliqués dans ce réseaux mafieux et c’est une violation des consignes. C’est un acte à condamner, je vous rassure que ces militaires seront punis conformément à la loi » a déclaré le lieutenant Jules Ngongo, contacté.

    En attendant, les prévenus civils ont été transférés au parquet général près la cour d’appel de l’Ituri pour instruction de leur dossier, tandis que les deux soldats seraient détenus à l’auditorat militaire.
    Les 22 sacs de minerais, les 3 véhicules ainsi que tous les autres biens saisis sont eux, gardés à la police.

    Les agents des forces de sécurité en Ituri sont souvent cités dans l’exploitation et la commercialisation des minerais, chose strictement interdite par la loi congolaise.
    L’année dernière, c’est un ancien chef de l’agence nationale de renseignement, ANR, qui avait été cité dans un rapport de l’ONU, pour entretenir un réseau d’exploitation et commercialisation illicite d’or dans la région de Mungwalu en territoire de Djugu.

    La Rédaction

    Leave A Reply