Archives

    La section de conduite et discipline de la Monusco mène une série de sensibilisation en Ituri et dans le Haut-Uélé dans le cadre de sa politique de tolérance zéro contre l’exploitation et autres abus sexuels commis par son personnel déployé dans la région.

    « Nous voulons que la population sache qu’il y a un bureau de conduite et discipline au sein de la Monusco. De fois la population est témoin du mauvais comportement du personnel de l’Onu et il y a un bureau où des cas d’abus ou violences sexuels peuvent être rapportés en toute confidentialité » a expliqué une responsable de cette structure, Deborah Barugehaha, interrogée par radio Okapi.

    Selon elle, Il est interdit aux agents et fonctionnaires des nations unies d’avoir des rapports sexuels avec des prostituées moyennant de l’argent.

    « Il y a abus ou exploitation, quand un personnel de l’ONU sollicite le sexe en échange avec de l’argent, ou quand un personnel de l’ONU a des rapports sexuels avec une personne vulnérable comme les déplacés de guerre ou toute autre personne qui bénéficie des services des nations unies » a poursuivi M. Barugehaha.

    Cette campagne de sensibilisation des masses qui vise les jeunes âgés de 12 à 25 ans, se fait à travers la musique et le théâtre.

    Déployés dans cette région depuis plus d’une décennie, le personnel de l’ONU, notamment les casques bleus de la Monusco, sont souvent accusés de plusieurs cas d’abus sexuels sur des femmes congolaises, notamment des grossesses indesirées et autres maladies sexuellement transmissibles.

    La Rédaction

    Leave A Reply