Archives

    Jean Bamanisa Saidi, à l’époque gouverneur de province, a été « mis en chômage forcé » par une ordonnance présidentielle proclamant l’état de siège en Ituri, juste quelques temps après la motion de censure votée contre lui et son gouvernement par l’assemblée provinciale de l’Ituri.

    Depuis mai 2021, le régime est militaire pendant que les civils (le gouverneur et son cabinet, le gouvernement provincial qui venait d’être destitué…) sont en veilleuse. 3 ans après, l’ancien patron n’est pas d’accord sur tous les points.

    Tout d’abord, Bamanisa révèle qu’il ne sera pas candidat gouverneur prochainement en Ituri. Cependant, il répondra présent à qui veut son expertise.

    Je ne serai pas candidat gouverneur en Ituri. J’ai passé ma période (…) Je peux continuer à coacher, parce que je connais la grande orientale ”, affirme ce candidat député du MLC.

    « L’armée n’est pas là pour dire que j’ai arrangé le bureau…»

    Le Lieutenant-Général Luboya N’Kashama, l’actuel gouverneur de la province de l’Ituri et Jean Bamanisa son prédécesseur, n’ont cessé de se lancer des piques quand ils en ont l’occasion.

    Le sortant n’a tout de même « jamais demandé la fin de l’état de siège ». Connaissant les problèmes de l’Ituri, il « savait que ce régime allait durer 3 ou 5 ans», cela pour une mission précise. Bamanisa qui venait de se croiser pour la première fois avec son successeur en Ituri (lors de l’arrivée du ministre de la défense, Jean Pierre Bemba à Bunia le 6 décembre 2023) n’a pas manqué une occasion de lui « faire coucou ».

    Aujourd’hui on a fait 3 ans, est-ce qu’on a construit l’armée ? C’est-à-dire, des capacités militaires, des camps militaires… L’armée n’est pas là pour faire la politique, la publicité (..) L’armée n’est pas là pour dire que j’ai arrangé le bureau du gouvernement provincial, son bureau est plutôt à la région militaire ”, estime-t-il.

    Bamanisa a « soutenu que l’état de siège construise plutôt des camps militaires, rétablisse l’autorité de l’État ».

    J’avais dit au gouverneur militaire qu’il va trouver des tapis sales chez-moi (au gouvernorat : Ndlr) parce que je mettais l’argent dans la sécurité”, poursuit l’homme « qui aime la Suisse plus que l’Ituri » (un qualificatif lui attribué par l’actuel gouverneur militaire Luboya).

    Évoquant cette question, Bamanisa indique que « la Petite Suisse » n’était pas son programme mais plutôt celui de l’Ituri. « Sans rien lâcher », il s’en va à l’assaut de l’assemblée nationale pour « finir ce qu’il n’a pas accomplie étant en Ituri » tout en annonçant l’implantation à Bunia de l’Expo Béton qui est un salon de développement des villes.

    Rédaction

    Leave A Reply