Archives

    Quelques éléments FRPI lors de leur rencontre avec la délégation gouvernementale à Geti dans le Sud-Irumu
    Photo/Starec
    Amorcé depuis le 28 janvier dernier, le processus de pré-cantonement des miliciens FRPI dans le Sud-irumu ne répond pas vraiment aux attentes de la communauté locale comme on pouvait le constater dans différentes déclarations à la presse. Initialement prévue pour le début de cette semaine, l’opération n’a toujours pas commencé et les spéculations vont dans tous les sens.

    Le programme gouvernemental STAREC qui facilite les négociations entre la milice et le gouvernement de Kinshasa se dit cependant optimiste.

    Dans une interview accordée à buniaactualite.com, Jean-Marc Mazio, chargé de mission de cette structure en Ituri estime que le processus évolue plutôt bien.

    « Vous pouvez comprendre que le processus de pacification est complexe et demande de la patience. Il n’y a pas de blocage sauf que nous sommes dans l’operationalisation et un moment donné nous nous sommes rendu compte qu’il y a des préalables techniques et au moment où nous vous parlons le processus évolue normalement, nous vous annonçons aussi que le calendrier vient de subir un décalage et cela est bénéfique pour nous de faire bien les choses au lieu d’aller dans la précipitation » a-t-il expliqué.

    À la question de savoir quand est ce que les éléments FRPI vont commencer à quitter la brousse, Il ajoute: « tout va être effectif, si vous voulez voir les combattants dans les sites je vous assure moi je pense que ça va aller ; on ne veut pas vous dire à quand mais nous disons que nous sommes entrain de travailler avec la FRPI cette semaine sur cette question »

    Pendant ce temps, une division s’observe au sein de la notabilité de la chefferie de Walendu Bindi où sévit ce groupe rebelle de la force de résistance patriotique de l’Ituri.

    Certains disent soutenir ce processus de pacification de leur contrée, d’autres par contre conditionnent leur soutien par le règlement du conflit de pouvoir qui s’observe à la tête de leur entité coutumière depuis l’année dernière, le très contesté chef Olivier Peke Kalyaki jadis suspendu pour détournement des biens de la communauté ayant récemment été réhabilité par le Gouverneur intérimaire de province lors de son dernier passage dans cette contrée.

    La Rédaction

    Leave A Reply