Archives

    Comme chaque année, le 2 août, la communauté congolaise à travers le monde commémore la journée du génocide congolais. Ce mercredi, c’était une occasion pour Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, de faire part de ses attentes ou recommandations.

    De notre reporter sur place, Vérité Johnson

    Au stade de basket de l’ISC Goma, au quartier le Volcan, ils sont plusieurs dizaines de jeunes, toute tendance, à répondre à l’appel du collectif des mouvements citoyens et autres associations de la société civile.

    Ici, se tient un spectacle de Slam et musique retranchant l’histoire de la RDC. De Kasavubu à Mobutu, de Laurent Désiré à Kabila jusqu’à Félix Tshisekedi, chaque page est revisitée avec des interprètes dans la peau de chaque président.

    « Plus de 10 millions de morts, c’est trop », « Ituri et Nord-Kivu, ne sont pas des boucheries humaines », sont autant d’écrits brandis aux yeux des journalistes locaux, régionaux, nationaux et internationaux.

    Félicien Kakule Kasungu, lui, est un dessinateur. En pleine cérémonie, il peint un tableau qui retrace la souffrance des habitants de l’est aux yeux et oreilles fermés de l’Occident.

    Les recommandations sont claires : À la communauté internationale, de reconnaître le génocide congolais comme tant d’autres commis au monde, et l’installation d’un tribunal pénal spécial pour la RDC en vue de punir les auteurs de différents crimes commis à l’est.

    Au gouvernement congolais, de consacrer la date du 2 août comme journée fériée en mémoire des victimes du génocide.

    Le 2 août de chaque année, vous êtes invités à rejoindre la communauté congolaise à travers le monde pour participer à la Journée commémorative du génocide congolais. Cet événement annuel est un simple geste pour rendre hommage à la vie de tous ceux que nous avons perdus dans la longue histoire de conflits du Congo.

    À Goma, c’est autour des drapeaux congolais entouré des bougies allumées que s’est clôturé cette activité où l’on pouvait lire la tristesse sur la plupart des visages.

    Ce même mercredi, Le Chef de l’État Félix Tshisekedi a présidé, à0 la cité de l’Union africaine, la première cérémonie de commémoration officielle du Genocost (génocide congolais pour des gains économiques).

    Leave A Reply