Archives

    ©photo archive
    Depuis le week-end, le territoire de Djugu est le théâtre d’une vive tension interethnique qui a causé la mort de deux personnes, dont un militaire de l’armée loyaliste ainsi qu’une femme.

    Nos sources dans la région indiquent que deux femmes de l’ethnie Hema se rendaient aux champs et elles ont été attaquées samedi par un homme qui les a poignardées. Elles ont été vite acheminées à l’hôpital mais l’une d’elles est morte de ses blessures.
    En représailles, des jeunes de sa communauté ont alors attaqué le village SETE, en chefferie des Walendu Djatsi, peuplé en majorité par les Lendu à laquelle appartiendrait selon eux, le bourreau de deux femmes. Sur place ils ont incendié des maisons.

    Ce dimanche, des jeunes Lendu ont riposté en attaquant aussi le village de Blukua en chefferie voisine des Bahema Nord :

    « La localité de Chunga, située à plus de 135 km au Nord de Bunia, a été attaqué ce dimanche par des jeunes lendu. Ils ont égorgé 1 personne, militaire de son état, et blessé grièvement deux autres. En ce moment il y a une délégation venue de Bunia, nous avons une réunion tout à l’heure pour évaluer la situation, mais la tension demeure perceptible” a expliqué Pilo Mulindro, chef de la chefferie Bahema Nord, joint par buniaactualite.com

    Le vice-gouverneur de province qui a réuni en urgence les représentants de deux communautés, rassure que les deux parties ont convenu de lancer un message d’apaisement.

    « Je viens de réunir les deux communautés, elles se sont engagés à faire un communiqué conjoint pour appeler au calme. Le Professeur Pilo Kamaragi qui représentait la communauté Hema et son collègue Professeur R’dha Pelo de la partie Lendu sont chargés de rédiger le communiqué. Il y a eu incidents entre des individus et cela ne doit pas devenir un problème communautaire » nous a confié Pacifique Keta Upar

    Les Hema et les Lendu sont deux ethnies antagonistes dans cette région. Des conflits de terre les opposent souvent, conduisant parfois à des violences meurtrières. C’est encore dans ce même territoire de Djugu qu’est partie la guerre interethnique ayant déchiré l’Ituri entre 1999 et 2003, faisant plus de 60.000 morts selon l’ONU

    La Rédaction

    Leave A Reply