Archives

    Abordant la question de la milice (Union des révolutionnaires pour la défense du peuple congolais) CODECO-URDPC, le groupe d’experts de l’organisation des Nations Unies la place au sommet des groupes armés opérant en Ituri qui ont un état d’esprit de la guerre, auteur de la tuerie de plusieurs civils. 

    Groupe armé le plus belliqueux

    Ce rapport à mi-parcours sur la République démocratique du Congo consulté en janvier 2024 par buniaactualite.cd affirme que « la CODECO-URDPC est restée le groupe armé le plus belliqueux en Ituri, responsable de la plupart des attaques et des victimes civiles ». 

    Pour soutenir cette affirmation, le rapport met en avant certains éléments d’enquête et d’observation, allant dans le sens des attaques sanglantes contre des sites de déplacés ou encore des meurtres épisodiques dans sa zone d’influence. 

    « Durant les semaines précédant l’attaque contre le site de déplacés de Lala, d’importants mouvements CODECO/URDPC et des menaces contre les camps de déplacés ont été signalés autour de Drodro et Bule, à proximité des camps de déplacés et à seulement quelques kilomètres du camp de Lala. Des meurtres sporadiques de déplacés internes faisant la navette dans la région ont également été signalés presque chaque semaine », souligne ledit rapport. 

    Seule l’attaque contre le site de Lala avait coûté la vie à environ 46 déplacés, en majorité des enfants, la faisant l’attaque la plus meurtrière enregistrée en Ituri en 2023. Au cours de la même année, ce groupe armé a été aussi l’auteur d’autres dégâts matériels, dont l’incendie et le pillage. 

    Contrôle territorial intensifié

    La CODECO/URDPC a également continué à étendre son contrôle territorial, occupant 10 des 13 groupements du territoire de Djugu, écrit le rapport, sans citer précisément les noms de ces entités.

    Cinq brigades principales de combattants de la CODECO/URDPC ont été signalées dans ces groupements, révèle le groupe d’experts de l’ONU dans leur rapport sur la RDC.

    Il s’agit notamment de la première brigade CODECO/URDPC, située au quartier général du groupe armé à Jiba, la deuxième à Rethy sous le commandement du « Général » Maki Kasongo, la troisième à Tslaka et Hiro sous le commandement du « Général » Serge, la quatrième à Mbau et Budhu sous les ordres du « Colonel » Lango, et la dernière brigade dans la zone comprise entre la forêt de Kambala, Berunda et Jukoth 2 (en territoire Mahagi) respectivement sous les ordres du « Colonel » Dhelo et du « Colonel » Agenongha Maneno.

    « L’objectif ultime de la CODECO/URDPC était de contrôler l’intégralité du territoire de Djugu et l’axe clé le long de la RN27 », indique ce document onusien.

    Avec des milliers de combattants à son actif, l’URDPC-CODECO, pourtant signataire d’acte d’engagement unilatéral de paix en Ituri, continue à s’autofinancer en partie grâce aux sites miniers.

    Rédaction

    Leave A Reply