Archives

    Dr Faustin Mpabenda, directeur de la clinique Marie-Claire Mpabenda, photographié dans son cabinet de travail
    Bunia le 06 janvier 2018
    Photo ©Luc Malembe
    Dans un communiqué rendu public ce vendredi 05 janvier, le vice-gouverneur de province a ordonné la fermeture momentanée de la clinique Marie-Claire Mpabenda, l’une des plus fréquentées de la ville de Bunia. A en croire le communiqué, cette structure médicale a enregistré plusieurs cas de décès maternels durant l’année écoulée, le dernier en date étant celui d’une femme bien connue dans la ville survenu la soirée de jeudi après accouchement.

    Le procureur de la république près le tribunal de grande instance de l’Ituri a lui aussi signé ce samedi une réquisition d’information demandant aux responsables de la Clinique de ne plus admettre de nouveaux malades jusqu’à nouvel ordre.

    Le docteur Faustin Mpabenda, responsable de cette structure se dit cependant surpris par cette mesure affirmant que son hôpital n’a enregistré que seulement deux cas de décès maternel durant toute l’année 2017.

    « Le rapport du service de la maternité de notre hôpital fait état de seulement 2 cas de décès maternel enregistrés en 2017. Ce rapport est envoyé chaque mois à tous les services, y compris la division provinciale de la santé, même au ministre provincial de la santé. La mort de Madame Cathy que je déplore vivement est le troisième. Une enquête a été ouverte pour savoir les causes de ce décès, nous attendons le résultat. Qu’on nous prouve dans cette enquête que ce décès est survenu suite à l’incompétence ou la négligence de nos agents, ce qui n’est pas le cas. D’ailleurs le médecin qui s’est occupé d’elle est parmi les plus compétents de la province » a déclaré M. Mpabenda lors d’un entretien avec buniaactualite.com

    « Madame Cathy est décédée après intervention réussie d’une césarienne. L’enfant est sorti vivant, elle avait même une transfusion en cours lorsque nous nous sommes rendu compte quelques heures après que malheureusement elle est décédée dans son lit » explique pour sa part Docteur Shimbi Shikala Jean-Marc, médecin directeur de l’hôpital.

    Sur place, le constat fait est que les nouveaux malades sont renvoyés déjà à partir de la porte.

    « Je n’ai pas reçu la copie du communiqué du gouverneur, je désapprouve cette façon de faire. J’ai suivi le communiqué comme tout le monde à la radio et j’ai immédiatement tout arrêté pour me mettre en ordre avec l’autorité » poursuit Faustin Mpabenda qui dénonce les deux poids deux mesures

    « A l’hôpital communal, ils ont enregistré 5 cas de décès maternel mais est-ce que là-bas on a fermé ? Il y a une chose que l’opinion doit comprendre : ici à Mpabenda nous accueillons les malades venant des familles les plus aisées et les plus célèbres et quand il y a décès, c’est toute la ville qui en parle. Alors que dans d’autres hôpitaux il y a aussi des décès, mais c’est souvent des gens passés sous silence » a-t-il poursuivi.

    Vieille de plus de 20 ans, la clique Marie-Claire Mpabenda doit son nom à une femme belge, mère adoptive de son initiateur, qui a longtemps travaillé pour la société des mines d’or de Kilomoto, une société minière de l’Etat, avant de démissionner pour se consacrer à sa structure privée.
    La Rédaction

    Leave A Reply