Archives

    Bubu Lenga Constant
    President FEC Ituri
    Photo ©Luc Malembe
    Comme un héros dans l’ombre, le président de la FEC Ituri, Bubu Lenga Constant, n’est pas tellement apparu dans ce qu’il convient aujourd’hui d’appeler « dossier UNIBU » vu le grand débat que cela a suscité durant toute cette année 2017 qui tend vers sa fin.

    Pourtant, l’homme a joué un rôle considérable, peut être même capital dans cette affaire, sans que beaucoup ne s’en rendent compte.

    « Lorsque la famille Cardacos avait décidé de vendre sa concession, j’avais la chance d’être parmi les tout premiers à être au courant. J’avais voulu savoir de quels documents ils disposaient pour prétendre vendre cette concession qui abrite l’Unibu. Ils m’ont exhibé l’arrêt de la cours suprême de justice qui leur donnait gagnants du procès contre l’Etat congolais sur cette concession. J’ai donc compris qu’il n’y avait plus rien à faire, ils étaient bien dans leurs droits » a-t-il confié dans une interview qu’il a accordé à buniaactualite.com

    « Je voulais que la parcelle soit achetée par un opérateur économique de l’Ituri car il ne fallait pas que des gens venant de loin prennent la concession. J’ai contacté plusieurs commerçants de Aru, Mahagi, Bunia et c’est finalement David Banga, alias Kiriku qui avait accepté » a-t-il poursuivi

    A la question de savoir comment il s’est retrouvé à Kinshasa entrain de défendre Kiriku devant le gouvernement central alors qu’il n’est pas son avocat, l’homme nie les faits et affirme que sa mission dans la capitale congolaise n’a rien à voir avec ce dossier :

    « J’ai un ordre de mission signé par le gouverneur de province, je suis ici par invitation de ma hiérarchie de la FEC. Ça n’a rien à voir avec ce dossier. Ce sont les députés nationaux qui suivent le dossier, moi je n’y suis pour rien » a juré Bubu Lenga, la main sur le cœur

    Quand à savoir ce qui allait arriver aux étudiants de l’Unibu, lorsqu’on sait que visiblement la concession est bel et bien vendue, il confirme que les deux ministres, celui de l’enseignement supérieur et universitaire avec son collègue des affaires foncières sont unanimes sur le fait que la concession appartient bel et bien à l’acheteur Kiriku.

    « Sur cela il n’y a plus de débat, les deux ministres ont donné raison à Kiriku. La question qui reste c’est de savoir comment construire une université digne à Tsere pour accueillir plus de 2000 étudiants que compte cette institution. Pour cela, il a été demandé à Kiriku d’être patient. Il n’est pas question que les étudiants quittent avant que Tsere ne soit construit et pour cela il est aussi d’accord et il s’est engagé à donner sa part de contribution »

    La Rédaction

    Leave A Reply