Archives

    Le banditisme nocturne bat son plein en ville de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, ces dernières semaines. Aux premières heures du mercredi 3 avril 2024, le quartier Bankoko a été la cible des « jeunes garçons » bandits.

    Sur l’avenue Mbandaka Il, 5 maisons d’habitations ont été visitées simultanément par ces bandits qui ont opéré sans inquiétude. Il était environ 0 h quand ils se sont invités dans cette parcelle clôturée en tolle. Tour à tour, ils ont cassé la porte de la première, deuxième, troisième jusqu’à la cinquième maison.

    Il s’agit de la porte du bailleur et de ses locataires. Pendant plus ou moins 30 minutes, selon les témoignages recueillis sur place par buniaactualite.cd, ces jeunes qui écument Bunia et ses banlieues ont investi ces domiciles dans un même enclos.

    Bilan : 2 téléphones et plus de 600 dollars emportés. La télévision prise dans une des maisons a été abandonnée dehors comme des habits.

    En grand nombre, ces bandits munis d’armes blanches (machettes) se sont servis d’un gros caillou pour casser la porte et accéder à l’intérieur.

    « Ils m’ont menacé avec la machette et me demandé de l’argent. Je n’avais que 30 000 FC de cotisation, ils l’ont pris et mon téléphone aussi », témoigne une jeune fille d’environ 19 ans d’un premier regard, qui habitait avec sa petite sœur.

    Avant de s’en aller, ces bandits ont ramené avec eux deux autres jeunes filles de ces mêmes maisons. « Gloire à Dieu, elles ont été libérées quelques minutes après », renseignent des témoins interrogés par notre rédaction.

    « Oui, la police est arrivée, mais c’était déjà trop tard », regrette l’une des victimes de ce cambriolage. Le banditisme est en plein essor dans la ville de Bunia. Ce phénomène est d’actualité ces dernières semaines. D’un côté, la population n’hésite pas à se rendre justice une fois qu’elle met la main sur ces filous. De l’autre, ces bandits n’ont pas arrêté non plus d’opérer dans plusieurs quartiers du chef-lieu de la province de l’Ituri.

    Ces bandits, qui seraient généralement des jeunes garçons, courent encore malgré les collimateurs des enquêteurs de la police.

    Verite Johnson

    Leave A Reply