Archives

    Image d’illustration
    Budana, la principale centrale hydroélectrique appartenant à la Société Minière de Kilo-Moto, SOKIMO, qui alimente la ville de Bunia et ses environs en énergie électrique, n’est plus en mesure de répondre aux besoin de la population.

    Une seule turbine reste opérationnelle sur les trois que compte cette centrale et si elle aussi tombe en panne, c’est l’ensemble de la ville de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri qui sera privée d’électricité.

    C’est le résultat d’une étude menée pendant 17 mois par le cadre de concertation de la société civile de l’ituri sur les ressources naturelles, contenu dans un communiqué de presse dont buniaactualite.com s’est procuré une copie.

    « La difficulté opérationnelle dans laquelle se trouve la SOKIMO à affecté sa branche électrique dénommée Electrokimo.Tous les dispositifs sont déjà vétustes et vieux de presque un siècle. Budana est passé de sa capacité initiale de 12,5 Mégawatts à 3 Mégawatts à ce jour, soit une perte de 76 pourcents de sa capacité, ceci malgré des interventions ponctuelles faites par elle-même et ses partenaires » peut-on lire dans ce document.

    Le CdC/RN plaide pour l’implication urgente des autorités du pays suite à la forte croissance démographique, l’expansion de la ville, la naissance de plusieurs agglomérations et l’utilisation accrue des appareils électroménagers mais aussi de l’essor économique que connaît la capitale de l’Ituri.

    Cette structure citoyenne recommande au ministre provincial de l’énergie d’élaborer un plan formel pour le développement énergétique et lever des fonds pour la construction des nouvelles centrales hydroélectriques dans cette province.
    Au directeur général de la SOKIMO il lui est recommandé de rendre public les coûts des différentes réhabilitations faîtes sur la centrale hydroélectrique de Budana et d’élaborer un cahier des charges à l’intention du ministère national de portefeuille.

    La Rédaction

    Leave A Reply