Archives

    A Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, plus de 30 motos-taximen sont morts en seulement 3 jours, révèle le président de l’association nationale des initiateurs et propriétaires des taxis-motos au Congo (ANIPTMC).

    Tous ces conducteurs de motos sont morts dans des accidents de la circulation routière survenus en l’intervalle de ces 3 jours à Kinshasa, affirme la même source dans sa communication du mercredi 31 janvier 2024 à la presse kinoise.

    « Le premier grave accident s’est produit dimanche sur le pont de Kinkole (Nsele). Plus de 20 motos-taximen sont morts sur le coup, percutés par un camion-benne, alors qu’ils revenaient de l’enterrement d’un de leurs collègues », rapporte monsieur Zico Mukanga, président de l’ANIPTMC.

    Deux jours plus tard, le même scénario s’est encore répété dans la capitale congolaise, accentuant les larmes de la famille de ces conducteurs de motos, très connus à Kinshasa sous l’appellation de « Wewa ».

    « Plus de 10 autres d’entre eux ont été tués dans les mêmes circonstances au niveau de la zone 6 à Maluku mardi dernier », a-t-il indiqué à nos confrères de Top Congo.

    Une annonce qui vient relancer le débat sur la formation de ces taximen, notamment sur le code de la route et le respect des usages et pratiques routiers.

    « Le mauvais stationnement en est la principale cause », a précisé cette structure spécialisée. Mais dans l’entre-temps, certains leaders d’opinion pensent qu’il faut prendre des mesures nécessaires.

    « Le mauvais stationnement, le dépassement à droite, la conduite en survitesse, le faufilement entre les véhicules, les queues de poisson, le manque de prudence et de bon sens, le non respect du code de la route… », sont autant de facteurs non négligeables, pensent un analyse indépendant dans un message intercepté par buniaactualite.cd

    Dans la même série d’analyse, un internaute suggère plutôt ces solutions alternatives en vue d’éviter pareil cas dans l’avenir.

    « L’association ANIPTMC devrait recommander le port des casques (Motar-Client) et la réduction de vitesse (50-60Km/H). Ensuite, faire le plaidoyer pour que la PCR apprenne à régler la circulation au lieu de régler les recettes. Voilà les mesures de mitigation primordiales ».

    Dans plusieurs régions de la République démocratique du Congo, des cas d’accidents de la route sont fréquents.

    Rédaction

    Leave A Reply