Archives

    Depuis le lancement officiel le 19 novembre dernier de la campagne électorale telle que prévue par la CENI en République Démocratique du Congo (RDC), Mambasa peine à voir défiler ses candidats à la députation nationale et provinciale.

    Conformément à la liste rendue publique sur le site de la CENI, le territoire de Mambasa en province de l’Ituri compte 154 candidats pour les trois (03) sièges à la députation nationale et 277 candidats à la députation provinciale pour les cinq (05) sièges. Mais, jusque-là, la propagande pour ces plus de 300 candidats est « en voie de passer inaperçue ».

    Seuls deux ou trois candidats députés nationaux et près de cinq candidats députés provinciaux se font voir à travers les caravanes motorisées occasionnelles, les affiches et les chansons dans des discothèques.

    D’après l’opinion publique, tous ceux candidats « parvenus » espéraient bénéficier des financements de leurs partis politiques respectifs comme c’était le cas de paiement de leurs cautions. Et, à moins de deux semaines de clôture de cette période, rien n’est encore fait, est-ce que cela n’est pas déjà tard ?

    Les gros poissons se craignent

    Le chef-lieu du territoire de Mambasa devient un terrain très dangereux dont chaque candidat « gros poisson » a peur de piétiner avant l’autre. De là où ils vivent notamment, Kinshasa, Kisangani, Bunia, Beni et Isiro, ils veulent chacun arriver à Mambasa centre en dernier ressort craignant le phénomène « plein », synonyme présumée de la popularité.

    Comme disent les anglais : « Wait and see », la population de Mambasa se demande « à quand l’arrivée de candidats gros poissons ? » qui ont leurs propres moyens pour financer leurs propagandes. En tout cas, ce qui est sûr c’est que, le temps presse et que la propagande au vrai sens du terme est loin d’être réalisée à Mambasa. Une situation quasi similaire dans d’autres coins de la province de l’Ituri, au Nord-Est de la RDC.

    Ismaël Masiya Akilimali

    Leave A Reply