Archives
    Une photographie des déplacés au site de plaine Savo, le 8 février 2024.

    Ayant trouvé refuge au site de déplacés de Plaine Savo, village Mbujona du groupement Ng’le, plusieurs dizaines d’habitants y vivent la situation humanitaire inhumaine. Depuis août 2019, plus de 21 000 personnes (stat a actualisée) fuyant les atrocités des groupes armés locaux, sans un meilleur choix, ont décidé de vivre dans ce camp situé à Bahema Badjere en territoire de Djugu.

    Sur place, c’est une épreuve pénible. Des maisonnettes qui sointent, manque d’aliments nécessaires etc. La période pluvieuse comme les menaces des miliciens, ne fait pas non plus le bonheur de déplacés.

    La condition de vie difficile dans ce site à des conséquence énormes : plus de 80 déplacés sont décédés ces derniers mois. L’une des causes, c’est la malnutrition.

    Que les personnes de volonté nous viennent en aide”, sollicite via buniaactualite.cd, le président du site de déplacés de Pleine Savo.

    Ces déplacés survivent, les uns des assistances du programme alimentaire mondial, PAM qui malheureusement n’a pas une fréquence régulière. 289 ménages n’en ont bénéficié aucune fois depuis août 2023. Medair étant le partenaire d’appui médical.

    Avoir de quoi nourrir les familles reste un casse-tête de déplacés qui prennent le risque d’aller en chercher dans les villages environnants malgré la cruauté des miliciens locaux. Ces vulnérables proviennent principalement de certains villages de Bahema Badjere, Bahema Nord, Mambisa et Mangala. Parmi eux, des retournés de l’Ouganda.

    Le site de Pleine Savo a connu deux attaques meurtrières. Plus de 50 déplacés y ont été tués en février 2022 et 7 autres dont 5 enfants en janvier de l’année suivante.

    Verite Johnson

    Leave A Reply