Archives

    Manifestation ce mardi 20 février 2024 des enseignants de quelques écoles de la province de la Tshopo pour déplorer le retard observé dans le paiement de leur prime mensuelle.

    Venus d’une dizaine d’écoles se trouvant aux environs de la ville de Kisangani, capitale provinciale, ces professionnels de la craie ont pris d’assaut les installations de la Caritas. Accompagnés de ceux des établissements scolaires du territoire de Banalia, ils ont brûlé quelques effets pour exprimer leur mécontentement.

    Dans ces écoles, les activités scolaires n’ont quasiment pas fonctionné ce mardi. Pour ces enseignants, c’est la Caritas qui est à la base de ce retard. Une version de fait que rejettent les responsables de cette organisation de charité chrétienne.

    « La Caritas Kisangani n’a pas encore reçu des fonds destinés à la paie du mois de janvier ». Celle-ci ne peut rien faire si le gouvernement congolais n’a pas versé des fonds destinés à cette fin, précise l’abbé Ferdinand Batubu, coordonnateur de la caritas Kisangani, écartant l’hypothèse de la responsabilité de sa structure dans ce retard.

    À l’en croire, jusqu’à présent, le gouvernement congolais n’a pas encore versé de l’argent dans son compte. « À ce jour, les comptes de la Caritas chez Equity Bank ne sont pas encore alimentés », note-t-il à l’agence congolaise de presse.

    Dans plusieurs coins de la République démocratique du Congo (RDC), cette problématique de retard dans la paie des enseignants bat record. Certaines écoles ont même eu à stopper les activités scolaires faute d’enseignants qui ont déclenché un mouvement de grève.

    Cette situation touche en majeure partie les écoles de la gratuité, conformément à la politique du pays faisant des écoles primaires publiques gratuites.

    Rédaction

    Leave A Reply