Archives

    Des véhicules en vente au marché Nakawa à Bunia.
    Image d’illustration
    C’est depuis le mardi 31 juillet que le commissariat provincial de la police en Ituri a lancé un bouclage des véhicules à vitres fumés ou sans plaques d’immatriculations et ceux détenant des plaques d’immatriculations étrangères.

    Selon le porte-parole de la police en Ituri,cette opération entre dans le cadre du respect du nouveau code de la route qui interdit à tout engin sans plaque d’immatriculation de circuler sur la voie publique.

    L’objectif principal étant, selon lui, de lutter contre l’insécurité mais aussi faciliter la tâche à la police d’identifier les véhicules accidentés.

    Plusieurs véhicules sont arrêtés et gardés par la police,avant de les récupérer les propriétaires sont contraints de débourser de l’ argent comme pénalités.

    Cependant le procureur de la République près le tribunal de grande instance de l’ituri à Bunia, Hopeson Bafoa Liatchi affirme qu’il n’a pas été associé pour la réquisition de ces engins, qualifiant cette opération « d’illégale ».

    Du côté de la direction générale des impôts, DGI, service habilité à délivrer des plaques d’immatriculation aux nouveaux véhicules, son responsable dit également ignorer cette opération.

    Toutefois,il précise que son établissement vient de réceptionner un lot de plaques d’immatriculations pour pallier au problème de carence que connaissaient les propriétaires de ces véhicules.

    Par ailleurs,ce bouclage n’est pas le bienvenu du côté des détenteurs de ces véhicules et des autres couches socio-politiques de l’ituri à Bunia.

    Le député national Pascal NDUDANGA KAVARIOS élu du territoire d’Irumu, joint par buniaactualite.com parle d’une procédure « biaisée ».

    « L’arrestation des véhicules sans réquisition du procureur frise le rançonnement et de l’anarchie. Comment la police peut commencer à arrêter des véhicules pendant que les plaques commandées par la DGI ne sont pas encore disponibles ? » s’interroge-t-il, invitant
    la police, le parquet et la DGI à se concerter en amont avant de lancer une telle opération.

    Le mardi dernier, une femme d’un officier FARDC qui ne voulait pas se faire contrôler par la police a abandonné son véhicule sur la chaussée. Cet engin a été dégagé par une grue de la société Okapi logistique grâce à l’intervention du commissaire provincial de la police en personne, le général Henry KAPEND.

    Il ya quelques mois cette même opération lancée en ville de Bunia a divisé le procureur de Bunia et le commissaire provincial de la police autour de la procédure.

    La Rédaction

    Leave A Reply