Archives

    Le courage, la détermination et les réalisations du lieutenant-général Luboya N’Kashama rencontrent l’assentiment de Joël Mande, dignitaire d’État de la province de l’Ituri.

    Vivement commenté ces derniers temps, le chef de l’exécutif provincial est encensé par ce fils de l’Ituri qui le définit comme le patron doté « de lunettes photogray », l’homme à la vision apaisée, claire.

    Lunettes photogray est un verre correcteur qui a la propriété de se teinter en fonction de la quantité d’ultraviolet à laquelle il est soumis. Quand l’exposition disparaît, les verres retrouvent petit à petit leur transparence initiale. Face aux critiques auxquelles fait face l’autorité provinciale, Mandé met en avant ses réalisations.

    Sa modestie et sa détermination ont servi de boussole pour guider ses actions, ancrées dans une conviction profonde en la puissance des croyances, dans le but de façonner l’avenir commun de l’Ituri.

    « C’est comme s’il portait une lunette photogray (…) » Nous avons demandé l’état de siège et maintenant nous demandons son départ. C’est vouloir une chose et son contraire (…) », rappelle-t-il.

    Pour lui, Luboya est l’homme de la situation. D’où il faudrait lui accorder la chance de finir sa mission.

    Des routes, des marchés ont été construits. Oui, il y a une avancée. « On nous parlait de la Suisse, c’est avec lui (le gouverneur militaire) que nous voyons la Suisse au gouvernorat », a-t-il mentionné.

    Le chef du secteur de Walendu Tatsi est persuadé que le gros de l’effort est fait. Très loin, il pense même que remettre le gouvernement aux civils nous ramènerait en arrière.

    « Nous encourageons le gouverneur de province à travailler comme il est en train de le faire », soutient Mande qui met en exergue notamment le retour de déplacés dans certaines zones malgré des menaces.

    C’est le cas de Walendu Tatsi où des attaques des miliciens CODECO et/ou Zaïre continuent à être déplorées. Des actes barbares qui ne découragent pas l’autorité coutumière de s’investir pour la recherche de la paix, denrée rare en Ituri depuis des années.

    L’État de siège doit continuer et avoir le soutien de tous. Il (le gouverneur) doit aussi tenir compte des éléments manquants : Par exemple, payer les subsides aux députés provinciaux, plaide ce dignitaire d’État. C’était dans un échange exclusif avec buniaactualite.cd

    En mettant en lumière l’importance du vivre ensemble comme pierre angulaire du progrès, Joël Mande se positionne en pionnier d’une approche novatrice pour le développement de son entité. Ce qui passe avant tout par le retour de la paix et de la sécurité.

    Verite Johnson

    Leave A Reply