La reprise des pourparlers avec les miliciens de la FRPI a été décidée par la notabilité du Sud Irumu à la clôture de leur atelier de 5jours

0

Photo de famille à la sortie d'un atelier STAREC ©Photo Ir.Christian Shauri Image d'illustration

Photo de famille à la sortie de atelier STAREC ©Photo Ir.Christian Shauri

Organisée par le programme gouvernemental de stabilisation de l’est de la RDC (STAREC), dans le cadre du projet « Pamoja kwa amani » qui signifie « ensemble pour la paix », l’atelier de 5 jours qui a regroupé tous les notables du territoire d’Irumu ainsi que toutes les autres personnalités influentes dans le conflit qui déchire cette région depuis plus d’une décennie s’est clôturé sur une note d’espoir au vues des résolutions qui ont été prises.

Une feuille de route projetant de nouvelles discussions avec la milice de la force de résistance patriotique de l’ituri, FRPI en sigle, en vue de tenter de réexaminer son cahier des charges pour aboutir à son désarmement total a été élaborée. Un comité de mise en œuvre de toutes les recommandations formulées a également été mis en œuvre.

La communauté Lendu, à laquelle sont issus tous les grands leaders de la milice a pris l’engagement de prendre le devant dans cette nouvelle tentative de convaincre les FRPI à déposer les armes.

«  La communauté LORI (incluant les Lendu de Djugu et les Ngiti d’Irumu) s’engage à une rencontre de 3 jours avec la milice de la FRPI en vue d’accompagner ce nouveau processus de pacification du Sud Irumu. Pour cela, nous demandons à l’armée loyaliste d’ouvrir une brèche à notre délégation qui va se rendre dans le maquis des miliciens » a déclaré Gaston Kitabu, Président de LORI dans son mot de circonstance.

Cette demande est acceptée mais avec méfiance par le General Jean-Pierre Bongwangela, commandant de la 32e Région militaire :

« Puisque nous sommes engagés dans ce processus, nous serons là pour sécuriser tout le monde mais nous éviterons toute surprise. Nous gardons nos positions et nous donneront la chance à cette nouvelle tentative de dialogue avec les miliciens » a-t-il confié à l’issu d’une interview qu’il a accordé à buniaactualite.com

Ce qui a poussé le coordonnateur de la société civile de l’Ituri, Me Jean Bosco Lalo à se demander pourquoi les grands leaders de la FRPI sont tous jetés en prison à Kinshasa alors qu’au Katanga, un autre milicien bien connu pour ses exactions contre les populations civiles, Gédéon Kyungu, a été accueilli comme un héros par le gouvernement congolais, logé dans une villa, sans jamais être poursuivi

Il a plaidé pour la libération de Floribert Njabu, Germain Katanga, Cobra Matata et les autres, qui sont selon lui des acteurs importants pouvant jouer un rôle dans le dénouement de cette crisse

Le vice-gouverneur de l’ituri, Pacifique Keta qui a clôturé les assises, a demandé à tous les partenaires impliqués dans ce processus, notamment la Monusco et autres bailleurs des fonds, de ne pas se fatiguer dans cet accompagnement, car sans la pacification du Sud Irumu, le développement de l’Ituri demeure hypothétique.

Luc Malembe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux

Instagram
YouTube
YouTube
error: Content is protected !!