Archives

    8 hommes munis d’armes blanches non autrement identifiés ont, dans la nuit de samedi à ce dimanche 18 juillet 2021, vers 1(une) heure du matin, violé tour à tour une fille de 16 ans au quartier Shun1, avenue Salongo, en commune rurale de Mongbwalu, 85 km au Nord de Bunia.

    D’après le témoignage de la victime recueilli sur place par buniaactualite.com, les bandits habillés en tenue civile ont profité de la sortie à l’extérieur d’un des occupants parti se soulager pour accéder à l’intérieur de la maison commerciale où l’on vend des repas.

    Il était 1 (une) heure du matin quand ces bandits armés ont accédé dans notre maison, ils ont commencé à déplacer nos matelas, écran téléviseur et téléphones.
    Ils étaient 15 au total, ces bandits armés habillés en tenue civile parmi les quels 8 (huit) m’ont ramener derrière l’école Bemu avant de commettre leurs forfaits
    ”, a-t-elle expliqué.

    Le chef du quartier Shun1 qui a alerté la presse sur cette situation, déplore un “ acte odieux et inhumain ”.

    Mandro Payi Muté affirme que c’est pour la deuxième fois qu’un tel forfait est commis au même endroit.

    Il ajoute que les inciviques surveillent les mouvements des forces de l’ordre en patrouille pour opérer sans être inquiétés.

    M. Mandro Payi qui ne veut pas que cet acte se répète dans son quartier, promet redynamiser l’équipe de la jeunesse pour qu’ensemble avec les éléments des forces de sécurité fassent les patrouilles.

    C’est vers 4 heures du matin ce dimanche que j’ai été alerté sur cette situation. Ce n’est pas pour la première fois que cette situation est enregistrée dans mon quartier et surtout ici sur place. La première fois, les bandits avaient blessé par arme blanche leurs victimes. J’avais alerté nos jeunes et ces hors-la-loi avaient pris fuite. Cette fois-ci, ils ont commis un acte odieux et inhumain en violant une jeune fille comme celle-ci. J’ai remarqué que ses filous surveillent tout mouvement des patrouilleurs pour signer leurs forfaits. Je vais entrer en contact avec le bourgmestre de la commune pour que nous puissions ensemble mettre encore en place, une équipe de la jeunesse qui appuyera les forces de sécurité, afin de mettre fin à cette situation ”, explique-t-il.

    Rapellons-le, la commune rurale de Mungbwalu fait face à de multiples cas de violences sexuelles. Plus d’une dizaine de cas ont été répertoriés entre les mois de mars et avril de cette année par le bureau Genre, famille et Enfants dans cette région minière.

    Matthieu Vatsos

    Leave A Reply