Archives

    La commission électorale nationale indépendante, CENI a marqué à la culotte, quelques figures politiques emblématiques du pays marquées (candidats députés nationaux et provinciaux). Parmi eux, des grands noms de l’UDPS, invalidés pour fraude, corruption et détention illégale de dispositif électronique de vote, DEV.

    Sur les 82 candidats invalidés par la CENI, 12 sont de l’UPDS Tshisekedi, parti présidentiel. 3 candidats invalidés sont ministres en fonction à l’occurrence Didier Manzenga Ministre du Tourisme, Manuanina Nana, ministre près le Président de la République et Antoinette Kipulu, ministre de la formation professionnelle .

    Nsingi Pululu, membre du conseil d’administration à la SNel, Kin Kiey PCA à la RVA (administrateurs) et les sénateurs Evariste Boshab, Victorine Lwese, etc. sont aussi invalidés.

    Gentiny Ngobila, Gouverneur en fonction de Kinshasa, Bobo Boloko de l’Equateur, Pancras Boongo, de la Tshuapa et Cesar Limbaya, Gouverneur de la Mongala ont été invalidés.

    Rapporteur adjoint du bureau, Colette Tshomba, candidate députée nationale invalidée n’y croit pas à ses yeux.

    “Je suis triste de ce que la CENI vient de m’infliger !
    Mais j’ai confiance en DIEU et je suis rassurée de son soutien. Tout ceci est le résultat d’une grossière manipulation, mais je garde ma dignité. Je fais la politique pure et dure et je n’ai pas besoin de me rabaisser pour obtenir des voix; j’ai une expérience électorale, la connaissance du terrain depuis des années et mes électeurs me sont fidèles et reconnaissants (…)
    Ça ressemble à une chasse à l’homme SEUL DIEU est le juste juge” réagit-elle sur X (ex twitter).

    Quelles conséquences pour l’Union Sacrée et le Président Tshisekedi ?

    Parmi les candidats rejetés, une grande majorité appartenait à l’Union Sacrée pour la Nation, le bloc politique soutenant le président Félix Tshisekedi. Cette décision soulève la question délicate de la redistribution des voix obtenues par ces candidats. En effet, certains estiment que ces voix devraient être attribuées au candidat présidentiel qu’ils ont soutenu, ce qui pourrait impacter significativement le score du président Tshisekedi.

    Cette situation soulève des interrogations majeures quant à la légitimité des élections passées et à venir, ainsi que sur l’avenir politique du pays. Alors que la logique voudrait que la Cour Constitutionnelle intervienne pour réduire le score du président Tshisekedi, cette affaire souligne les défis persistants liés à l’intégrité et à la transparence du processus électoral en République Démocratique du Congo.

    L’invalidation des candidats pour fraude électorale souligne la nécessité d’une réforme électorale en profondeur et d’une surveillance accrue pour garantir des élections libres et équitables. Cette affaire met en lumière les tensions politiques et l’urgence de consolider les institutions chargées de veiller à la démocratie et à l’État de droit écrit congoprofond.net

    Rédaction

    Un commentaire

    1. MOISE MIMBENGA on

      J’apprécie la décision de la CENI en invalidant les candidats députés nationaux celà prouve combien de fois nos institutions commencent à devenir mature, aux prochaines élections ils ne feront pas ça nous sommes fatigués de tel comportement de nos politiciens.

    Leave A Reply