Archives

    Le collège des étudiants de l’Université de Bunia a bloqué la porte au recteur et à l’administrateur de budget de cette institution accusés de détournement des fonds.

    Ce mercredi les étudiants ont refusé à ces deux personnalités d’accéder au campus et demandé au ministre de tutelle de mettre à l’écart l’actuel comité de gestion et de ramener de nouveaux animateurs. Ils ont en outre menacé de suspendre tout payement des frais académiques en attendant la réaction des autorités.

    En réaction, le professeur Barnabé Milala, recteur de cette institution, rejette en bloc ces accusations et parle d’une manipulation politique en pointant du doigt la coalition Lamuka.

    « Il y a un groupe d’extremistes, politiciens de Lamuka qui manipulent ces enfants , ils sont d’une même aubediance, ils disent qu’ils ne veulent pas des Baluba ici, j’ai déjà saisi des avocats ils seront tous confus. Ils font de la politique ce tout, il n’ y a pas autre chose » a-t-il confié à buniaactualite.com

    La coalition Lamuka pour sa part trouve innaproprié ce genre de propos.

    « Que vient faire Lamuka dans un dossier de l’université ? Lamuka est une grande famille politique et s’il y a un individu impliqué dans cette histoire, cela n’engage que lui. Les gens doivent apprendre à régler leurs problèmes sans y mêler des innocents » a dit Luc Malembe, son communicateur en Ituri.
    Le gouverneur intérimaire de l’Ituri de son côté, après une réunion avec les deux parties en conflit, a appelé tout le monde au calme et a promu pousser les uns et les autres à une entente. Il a appelé les autorités académiques à vite procéder à la reddition des comptes de l’exercice passée et a condamné la manière de procéder des étudiants qui exigent directement le départ du comité de gestion sans qu’une enquête n’ait établi leur culpabilité.

    « Nous avons reçu les étudiants et le recteur, nous avons constaté qu’il y avait des étapes qui ont été sautés par ces derniers avant d’arriver à ce niveau, nous les avons conseillé de reprendre le processus qu’ils avaient commencé et dès qu’il y a des responsabilités établies à ce moment là nous pouvons saisir les échelons supérieurs pour que des mesures soient prises » a déclaré Pacifique Keta Upar.

    Le déroulement des cours a été perturbé toute la journée de mercredi, un groupe d’étudiants ayant barricadé l’entrée du campus et un tableau contenant leur message était placé au devant de l’enceinte de leur université.

    La Rédaction

    Leave A Reply