Archives

    Dans une communication du 10 mars 2023 adressée à la délégation du Conseil de sécurité des Nations-Unies à Kinshasa, Ensemble pour la République a exprimé ses craintes par rapport au déroulement normal du processus électoral en cours en République Démocratique du Congo (RDC).

    Dressant un tableau sombre de la situation sécuritaire à l’Est du pays, ce parti politique cher à Moïse Katumbi endosse le pouvoir actuel de vouloir compromettre le processus électoral en RDC. Pour soutenir cette affirmation, plusieurs faits ont été, dans ladite communication, détaillées à cette délégation onusienne.

    Quant au fantôme de glissement du calendrier électoral qui plane de nouveau sur le ciel Congolais, eu égard aux déclarations du Président de la République et du Président de la CENI, Ensemble pour la Republique ne soutient pas ce schéma et n’envisage pas d’accorder une minute de plus à ceux qui étaient hier des fervents défenseurs du strict respect de la constitution et s’évertuent aujourd’hui de manière tacite à reproduire au peuple congolais, le triste schéma de la dernière partie du mandat du régime Kabila. Pour nous, quel qu’en soit le prix, la durée constitutionnelle des mandats électifs n’est pas une question négociable ”, écrit Dieudonné Bolengetenge Balea, Secrétaire Général de ce parti.

    Estimant que de “ mauvaises élections produisent de mauvais dirigeants ”, Ensemble pour la Republique se dit être de “ ceux qui tiennent à la voie de la légalité démocratique qui est celle de prendre part à un processus électoral libre, inclusif et crédible, et de respecter la volonté du peuple congolais à travers les urnes ”.

    Ensemble pour la République recommande comme voie de sortie de crise une évaluation sans complaisance du processus en cours, sous la houlette des Nations-Unies, pour un consensus sur des questions essentielles de toutes les parties prenantes à ces élections. Que dès à présent, le registre des sanctions fortes et dissuasives de la Communauté internationale soit ouverte pour s’abattre sur tous les protagonistes qui veulent faire dérailler la compétition électorale vers l’aggravation des situations d’instabilité et de violences en RDC et dans notre sous-région africaine ”, conclu ce document parvenu à buniaactualite.cd ce lundi 13 mars.

    Voici l’intégralité de ce message.

    Une adresse du secrétariat général de l’Ensemble pour la République soutenue par le Haut représentant du président Moïse Katumbi pour la grande orientale, le député national Gratien de Saint-Nicolas Iracan.

    La prochaine élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) aura lieu, selon la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le 20 décembre 2023. Moïse Katumbi a déjà, depuis fin de l’année 2022, confirmé sa volonté de se présenter comme candidat président de la République aux échéances électorales au pays.

    David Ramazani

    Leave A Reply