Archives

    Le secteur de Banyali Kilo n’a pas passé des nuits roses le jeudi et vendredi 21 juin 2024. Des attaques, attribuées aux miliciens CODECO par des sources locales, ont été enregistrées dans plusieurs localités. L’armée prévient les auteurs.

    Vendredi 21 juin, les villages Galay, Lodjo, Bianda, Dubele, Gangala et Ariwara ont été pris pour cible. La communauté Nyali, par l’entremise de son répondant, Vital Tungolo, dresse un « bilan provisoire » de 23 morts dont 5 femmes et 3 enfants.

    L’une des femmes a été tuée avec son bébé découpé, poursuit Dieudonné Lossa de la société civile en Ituri qui parle aussi d’une dizaine de maisons incendiées.

    La veille, 7 autres civils ont été tués par des miliciens locaux à Bianda, groupement Mabilindey, aux côtés des maisons incendiées. Le territoire de Djugu peine à retrouver sa paix malgré les accords de paix signés par des miliciens locaux.

    *«À chaque fois que Zaïre attaque, CODECO crie au secours des FARDC…»*

    Le commandement du secteur opérationnel Ituri ne veut pas trop jouer le babysiteur. D’après le speaker de l’armée en Ituri, « il reste peu de temps avant la punition ». Cela, si et seulement si ces miliciens, CODECO ou Zaïre qu’il soit, continuent à troubler la quiétude de la population.

    “Quand les Zaïre attaquent les CODECO dans leur milieu, c’est la CODECO qui crie au secours des forces armées et vice versa. La meilleure façon de vous secourir, c’est de cesser de s’entretuer. C’est ce que vous avez signé de ne pas s’attaquer mutuellement, vous, les membres des groupes armés. De ne pas s’attaquer à la population, quelle que soit Lendu ou Hema”, a rappelé le Lieutenant Jules Ngongo.

    À lui de renchérir :

    “Il vous reste peu de temps. Si vous demeurez dans cette optique de troubler la quiétude, vous aurez la punition de la même manière : un chantiment suprême de la République par les forces armées, par la police nationale et internationale”.

    Malgré des accords qui datent, Djugu est le territoire où ces multiples accords souffrent d’application. Les tueries des civils ne cessent d’être attribuées à la CODECO et/ou Zaïre.

    Dans le même territoire, le nom de Djamukula Batu qui serait un nouveau groupe d’autodéfense résonne.

    Verite Johnson

    Leave A Reply

    error: Content is protected !!