Archives

    Les résultats de l’autopsie réalisée sur le corps du Général de Brigade Ghislain Tshinkobo Mulamba révèlent qu’il était mort plutôt d’un empoisonnement et non pas d’une mort naturelle.

    Ces résultats qui viennent contredire l’ancienne version, interviennent après que l’ancien Commandant de la 34e région militaire au Nord-Kivu ait quitté la terre des hommes.

    “ Les différentes Rf comparées et l’algorithme de Parri et Forrest qui nous a permis d’isoler la présence des Phénothiazines qui se sont traduits par la coloration rouge en moins de dix secondes après extraction en milieu basique et application de la Réaction de FPN, ce qui corrobore avec le liquide gastrique roussâtre ”, indiquent les luminaires de ces résultats, parvenus à buniaactualite.cd

    Cet rapport médical confirme un empoisonnement aux Phénothiazines, un produit qui a rapidement précipité la mort de la victime.

    “ De ce qui précède, le Général Tshinkobo Mulamba Ghislain est décédé d’empoisonnement aux Phénothiazines, produits reconnus très toxiques ayant entraîné une brûlure de son estomac ”conclut le document.

    De ce qui précède, c’est le colonel Kahombo Rambo Augustin, alors chef de Bataillon de la 34e région militaire, qui est accusé. Il est reproché d’être auteur de cet empoisonnement.

    “ L’inculpé est poursuivi pour : Empoisonnement du feu Général de Brigade Tshinkobo Mulamba Ghislain, en date du 13 août 22 et la victime est décédée en date du 16 août 22 à la suite du poison ”, souligne de son côté la hiérarchie militaire du Nord Kivu qui a procédé à l’arrestation du suspect ainsi que sa mise à la disposition de la justice.

    Guerschom Abasi depuis Goma

    Leave A Reply