Archives

    Samedi 10 février 2024 à Kinshasa, une série de manifestations anti-occidentales a été organisée dans la capitale congolaise. Des manifestations qui ont dégénéré, suscitant les regrets de la Monusco.

    Les Nations unies, à travers la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC) et chef de la MONUSCO condamne les attaques contre son personnel à Kinshasa et demande des enquêtes.

    « Madame Bintou Keita, condamne la série d’attaques visant le personnel des Nations unies à Kinshasa ce samedi 10 février et demande aux autorités judiciaires congolaises de diligenter des enquêtes en vue de poursuivre les auteurs. Plusieurs véhicules des Nations Unies ont été incendiés et mis à sac. Mme Bintou Keita souligne que les menaces et les attaques contre le personnel des Nations Unies et leurs familles sont inacceptables », peut-on lire dans un communiqué onusien consulté par buniaactualite.cd

    Les Nations unies condamnent également la nouvelle vague de campagnes de désinformation visant sa mission de maintien de la paix en RDC, tout en rappelant que « son personnel est en République démocratique du Congo afin de contribuer à la consolidation de la paix et à l’amélioration des conditions de vie des populations ».

    Outre les condamnations et les recommandations, la cheffe de la MONUSCO a rappelé les incidences négatives de cette situation à un certain niveau de coopération et de collaboration.

    « Ces assauts impactent négativement, la mise en œuvre des mandats respectifs des agences, des fonds et des programmes du système des Nations unies. Pour ce qui est de la MONUSCO, ces attaques entravent son appui aux Forces de défense et de sécurité congolaises », a-t-elle rappelé.

    Certains ambassades des pays africains n’ont pas été écartées. « Des personnes s’attaquent pour le moment aux véhicules des ambassades et organisations internationales accréditées en RDC, sans distinction aucune », a rapporté dans un communiqué l’ambassade de Côte d’Ivoire dont l’un de ses véhicules a été « sérieusement saccagé ».

    De son côté, le gouvernement de la République démocratique du Congo a aussi condamné les actes de violence perpétrés ce samedi à Kinshasa contre certaines chancelleries et le personnel de la MONUSCO. Kinshasa appelle la population au calme.

    « Nous tenons donc à rappeler que les installations des diplomates étrangers, du personnel de la Monusco, sont inviolables. Le gouvernement de la République ne peut pas accepter que nos citoyens s’attaquent à ce corps qui est bien protégé par le droit international », a dit Peter Kazadi, au sortir d’une réunion d’urgence.

    Ces manifestations se sont déroulées non loin des ambassades portugaise, américaine et chinoise à Kinshasa ainsi qu’approximativement du quartier général de la Monusco à Kinshasa. Les manifestants accusent les Nations Unies et l’Occident de passivité face à l’agression rwandaise. Plusieurs véhicules de la Monusco ont été brûlés.

    Rédaction

    Leave A Reply