Archives

    Face à un « désordre » observé dans le secteur minier en territoire de Mambasa, l’asbl « Jeunesse na biso » section Mambasa monte au créneau et appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités en remettant les congolais dans leur droit inaliénable.

    Qui fait quoi finalement ?

    En effet, depuis un certain temps, les intérêts des expatriés chinois priment face à ceux des congolais, qui d’après cette structure utilisent d’autres compatriotes congolais pour déposséder le peu de coopératives travaillant dans le strict respect de la loi en la matière, des carrés miniers.

    Ce qui se passe actuellement en territoire de Mambasa est tout simplement inacceptable, et risque d’engendrer un conflit incontrôlable dans les jours avenir ”, peut-on lire dans une déclaration de cette structure signée par son coordonnateur, monsieur Selemani Djuma Sefu.

    D’après lui, devant le regard impuissant de la division des mines en Ituri, la loi du plus fort s’impose à Mambasa où des carrières minières sont dépossédées aux digne fils du pays sous une violation flagrante de la loi, tout ceci au profit des coopératives circonstancielles et mercenaires servant les intérêts des chinois, qui peut être pas, le gouvernement congolais n’en tire pas profit.

    Fustigeant le silence des autorités tant provincial que national qui en principe devraient protéger les intérêts de la République et les droits des citoyens, l’Asbl « Jeunesse na biso » illustre par les menaces de dépossession qui pèsent sur la société « Somibaf » du PDG Richard Bambi au profit de la coopérative minière dénommée Comituri.

    Mais où partirons tous les orpailleurs qui y travaillent ? ” s’interroge l’Asbl jeunesse na Biso.

    “ Le peuple d’abord ”, un slogan chanté à longueur des journées par les partisans de l’UDPS de Félix Tshisekedi, si il est toujours une réalité, ladite Asbl invite le gouvernement congolais à vite rétablir dans ses droits cet exploitant minier.

    Jules César Katsipa

    Leave A Reply