Archives

    La notabilité du territoire de Mahagi alerte sur une éventuelle érection, ces dernières semaines dans environ 9 villages, de plusieurs campements des éléments de la milice Coopérative pour le développement du Congo (CODECO).

    Déjà depuis le vendredi 17 mars, un des notables de ce territoire a exprimé ses craintes par rapport aux possibles conséquences sur la population civile de la chefferie de Mokambo, si rien n’était fait pour stopper cette « aventure ».

    Ils disent avoir l’aval du gouvernement, qui leur aurait autorisé de construire là-bas pour protéger la population. Nous avons la crainte parce que nous connaissons nos frères ici ”, a déploré David Unyerto dans des propos recueillis par nos confrères de Canal Révélation.

    Des villages ciblés par ces assaillants sont entre autres Atala, Wigo, Umbosi, Jupakamu, Abubu, Kasingwa et d’autres villages de la chefferie de Mokambo.

    Aucune source officielle dans cette partie de la province de l’Ituri n’a encore, jusque-là, confirmé cette information. Mais 24h après cette alerte, soit le samedi 18 mars, au moins 14 civils ont été massacrés par cette même milice dans le territoire de Mahagi.

    Avant le notable Unyerto, les autorités coutumières locales avaient, elles aussi, lancé une alerte. Dans l’entre-temps, aucune action n’a été faite pour écarter la menace de ces hommes armés.

    Ces assaillants doivent quitter ce territoire ”, a plaidé monsieur David Unyerto.

    Depuis la fin de l’année 2022, il s’observe une recrudescence de l’insécurité dans le territoire de Mahagi. Des miliciens de la CODECO, pourtant déjà en processus de paix avec le gouvernement congolais, sont à la base de plusieurs violations des droits humains dans ce coin du Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC).

    David Ramazani

    Leave A Reply