Archives

    Des élèves filles de l’école Lycée Kigonze et de l’institut Nyakasanza en ville de Bunia ont plaidé pour le renforcement de mécanismes efficaces et spéciaux en vue de réprimer farouchement les infractions des violences sexuelles et celles basées sur le genre en province de l’Ituri.

    Un plaidoyer soumis au cours de la semaine écoulée au procureur général près la cour d’appel de l’Ituri. Ces enfants au nombre de 10 par écoles, visiblement motivées par le souci de porter plus haut la voix de leur semblable, ont aussi formulé une série de recommandations.

    Nos recommandations s’adressent au procureur près la cour d’appel de l’Ituri. Il doit mettre en application et en courte échéance, toutes les instructions contenues dans la note circulaire du 06 février 2014, relative à l’installation au sein de parquets de grande instance des cellules spéciales pour la répression des violences sexuelles et celles basées sur le genre à travers l’affectation des magistrats de l’office et d’assurer leur formation continue de spécialisation ”, a indiqué mademoiselle Relance Biera.

    Cette élève du complexe scolaire Nyakasanza de Bunia est également revenue sur d’autres actions prioritaires, notamment : “ Le suivi total du respect de la célérité dans le respect l’instruction et le traitement des dossiers, l’appui en matériels du secteur de justice pour le bon fonctionnement des cellules, (…), à toutes les autorités et à tous les décideurs de soutenir la vulgarisation en grande échelle des contenus des instruments juridiques sur les VSBG et d’assurer leur application ” a-t-elle plaidé.

    Pour ce groupe d’enfants formé par le FFC, le respect de ces recommandations, “ ce serait faire œuvre utile ” pour que les victimes aspirent à la répartition et espérer recouvrer leur dignité. Au nom son titulaire, l’avocat général près la cour d’appel de l’Ituri a promis la matérialisation de toutes les exigences soulevées par ces activistes des droits de l’homme.

    Nous devons appliquer comme il se doit ces sanctions là à l’égard de tous ceux qui seront poursuivis pour avoir commis un tel fait reprochable (…)”, a rassuré Thomas Tshibanda dans des propos recueillis par buniaactualite.cd

    A noter que, ces élèves ont été accompagnées par l’organisation dénommée Fonds pour les Femmes congolaises (FFC), dans le cadre de son projet de combattre les violences sexuelles et celles basées sur le genre en milieu scolaire dans la province de l’Ituri.

    Leave A Reply

    error: Content is protected !!