Archives

    C’est un mauvais début de l’année 2023 dans la province de l’Ituri, au Nord-Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Pour le seul mois de janvier, la coordination provinciale de la société civile forces vives dit avoir dénombré 131 civils « lâchement » tués.

    Un bilan encore provisoire d’après cette structure citoyenne qui indique que ces personnes ont été tuées soit dans leurs champs, dans leurs domiciles ou encore au site de déplacés. Le cas de la récente attaque de la milice CODECO à Plaine Savo.

    Ingénieur Dieudonné Lossa, coordonnateur de la société civile en Ituri, « regrette » que l’insécurité ait maintenant touché 4 de 5 territoires de cette province, pourtant placée sous état de siège depuis plus d’une année.

    Cette statistique « grave et « qui fait peur » voit le territoire de Djugu avec un nombre élevé de civils tués durant le mois de janvier. 80 au total. Celui d’Irumu vient à la deuxième position avec 27 autres personnes massacrées. Walese Vonkutu est la chefferie la plus endeuillée.

    Mahagi qui, jadis était calme a été aussi Théâtre des incursions de groupes armés depuis fin de l’année 2022. Une situation qui s’est poursuivie au mois de Janvier 2023 faisant au moins 18 morts dont le médecin directeur de l’hôpital Général d’Aungba.

    À Mambasa, l’un des territoires de la province de l’Ituri où opèrent au même moment des ADF et des miliciens Maï-Maï n’est pas épargné. D’après les chiffres de la société civile, 13 civils ont péri dans des attaques rebelles.

    Il faut le dire, la situation sécuritaire se dégrade de plus en plus dans la province de l’Ituri depuis les derniers mois. En vigueur depuis le 02 mai 2021, l’état de siège peine encore à arrêter les tueries des civils qui ne cessent de se multiplier.

    Rédaction

    Leave A Reply