Archives

    La nomination par le chef de l’État de 3 femmes pour administrer 3 de 5 territoires de l’Ituri après l’état de siège, suscite encore des réactions. La conseillère du gouverneur chargée des questions du genre voit la sous-représentation féminine au niveau de la ville de Bunia, chef-lieu de la province.

    Madame Jeanne Alasha Bayemuwaki félicite tout de même le chef de l’État pour avoir placé la confiance à la femme.

    Comme « pied dans l’eau l’on se plaît avoir soif », elle regrette qu’une seule femme soit nommé vice bourgmestre en ville de Bunia.

    On était déjà avancé au niveau de la ville avec un maire et une maire adjointe. Maintenant on a plus de femmes au niveau de la ville, ça c’est un regret … ”, a-t-elle mentionné dans une exclusivité à buniaactualite.cd.

    Par ailleurs, Alasha attend de ces futures administratrices une autre vision pour changer la donne.

    On dit que la femme a une autre vision, elle regarde plus sur les problèmes de la population. On attend qu’elle apporte la touche féminine, qu’elle gère en tant que femmes, avec la vision des femmes, les cœurs des femmes et les yeux des femmes ”, a poursuivi cette ancienne ministre de la Santé publique, Affaires sociales, Solidarité, Famille, Genre et Enfant de la province Orientale en 2013.

    Pour elle, « il n’était pas seulement question de nommer des femmes mais plutôt des travailleuses ».

    Dans son ordonnance, signée le 18 novembre, le chef de l’État a nommé des femmes à la tête des territoires d’Aru, Mahagi et Mambasa. Une seule d’entre elles, a été placée comme assistante de l’administrateur et une seule comme vice bourgmestre dans la ville de Bunia. Leur prise de fonction dépend de l’avenir de l’état de siège

    Verite Johnson

    Leave A Reply