Archives

    Depuis le début de l’année 2024, l’insécurité bat son plein à Mambasa, le plus grand territoire de la province de l’Ituri au Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC). Des terroristes ADF, comme l’année dernière, ne cessent de semer terreur et désolation dans certaines entités de cette région, en dépit des opérations militaires.

    Les dernières attaques en date, remontent au dimanche 14 janvier 2024 dans les chefferies des Babila-Babombi et Babila Bakwanza où ces hors-la-loi ont ôté la vie à 9 personnes civiles aux côtés des biens pillés.

    5ème attaques déjà dans une semaine dont quatre dans la chefferie de Babila-Babombi et une attaque, celle d’hier à Babungwe dans la chefferie de Babila Bakwanza”, regrette Jospin Paluku, coordonnateur de la nouvelle société civile à Mambasa dans un échange avec buniaactualite.cd ce lundi 15 janvier 2024.

    Il parle d’au moins 10 personnes tuées dans ces différentes attaques dont les principaux auteurs sont les rebelles ougandais de l’ADF, combattus depuis plus de deux ans par les opérations conjointes FARDC-UPDF. Mambasa partage ses limites avec Beni, l’autre territoire (du côté Nord-Kivu) sous menace de ces mêmes terroristes.

    Ces situations sont à la base de la psychose dans ces entités, entraînant même le déplacement de la population locale qui craint la détérioration accrue de l’insécurité. Les champs sont devenus quasiment inaccessibles.

    Pendant ce temps, des sources sécuritaires affirment la neutralisation d’au moins 12 rebelles ADF dans l’intervalle de 3 jours. Sur cette liste, 9 ont été anéantis le dimanche 14 janvier par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). C’était lors des opérations menées à Bahungwe et Bangole.

    Rédaction

    Leave A Reply

    error: Content is protected !!