Ituri: le président des pétroliers revoit à la baisse le prix d’un litre d’essence (2000 FC)

0

Le prix du carburant se négociait déjà entre 7.000 et 8.000 FC le litre en Ituri depuis l’avant midi de ce mardi 05 février, une situation qui a paralysé la circulation dans la ville de Bunia et à l’intérieur de la province,
Pour tenter de remédier à cela, le président des pétroliers de l’Ituri exhorte ses pairs à fixer le prix à 2.000 FC, comme cela pouvait se constater dans sa propre station service.

« Je lance un appel d’apaisement à tout le monde, nous avons trouvé une solution à l’amiable, je recommande aux pétroliers de baisser le prix immédiatement dans toutes les stations services à 2.000 »a déclaré Daniel Mugisa au cours d’un échange avec buniaactualite.com

Quelques conducteurs de taxi-motos interrogés confirment acheter le carburant à ce prix mais indiquent qu’à certains endroits, le litre reste fixé à 3500 FC.

Pendant ce temps, plusieurs camions citernes restent bloqués à l’entrepôt de la direction générale des douanes et accises, DGDA situé au quartier Dele à l’entrée sud de la ville. D’après une source dans cette régie, les propriétaires de ces véhicules, pour la plupart des étrangers somaliens, sont contraints de payer les frais de dédouanement selon la nouvelle tarrification avant de quitter ce lieu.

Le gouverneur intérimaire de l’Ituri, Pacifique Keta Upar, indique de son côté que les démarches évoluent normalement pour que la situation soit décantée.

« Nous sommes en pourparlers avec les opérateurs économiques de l’Ituri, nous sommes vers une piste de solution et tout va être bientôt décanté » confie-t-il.

Dans l’entretemps le prix de transport en commun reste lui revu à la hausse. Une course à moto taxi, principal moyen de déplacement de la place, qui se négociait à 500 FC il y a une semaine, va jusqu’à 2000 FC, un véritable calvaire pour la population.

Un véritable bras de fer s’observe depuis la semaine dernière entre la DGDA, décidée à maximiser les recettes du trésor public et les importateurs des produits pétroliers, pour la plupart impliqués dans un vaste réseau de fraude entretenu jadis par des proches de la famille du Président Kabila.

Du coup, des centaines de camions transportant de l’essence et du gasoil en destination du chef-lieu de l’Ituri, sont resté bloqués au poste d’entrée de Mahagi, à la frontière ougandaise, créant une pénurie de carburant dans cette partie du pays.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux

Instagram
YouTube
YouTube
error: Content is protected !!