Archives

    Malgré les efforts fournis par le gouvernement congolais, la situation sécuritaire qui prévaut à l’Est de la RDC et plus particulièrement en province de l’Ituri demeure préoccupante.

    Le parti politique Levons-nous pour la Nation LPN fédération de l’Ituri qui déplore cette situation, renseigne que des milliers de personnes ont été massacrées, notamment dans le territoire de Djugu depuis le début de la crise en décembre 2017.

    Maître Boniface Londjiringa Dz’ba son président fédéral estime que le président Tshisekedi a fait sa part, la question revient maintenant au pouvoir provincial qui doit conscientiser les différentes communautés locales à la cohabitation pacifique.

    Il indique que les ituriens ne doivent pas oublier que sans la paix, rien ne peut se gagner, les appelant à faire confiance aux autorités du pays et de la province.

    Tout en regrettant l’insécurité qui a élue domicile en Ituri, cependant il se dit regretté de la décision que les communautés victimes ont prises celles des couper la route de la RN27 causant ainsi les conséquence socio économique dans la population.

    ” Il est vrai que la situation s’empire à l’est de la RDC et plus particulièrement en Ituri, mais nous devons garder espoir se confiant au Chef de l’État Félix Tshisekedi et le premier ministre Jean Michel Sama Lukonde qui ne sera pas mélanger ou nous avons réclamés la représentation de l’Ituri ” a souligné Me. Boniface LONDJIRINGA dans un échange exclusive accordé à buniaactualites.com.

    Pour cet acteur politique, le Chef de l’État aurait promis la représentativité de l’Ituri. En dehors de cette promesse, il estime que l’insécurité est placée au premier point et le rétablissement de la paix doit être fait d’une manière générale en RDC.

    Il ajoute également que ses frères et soeurs, ne sont pas le seul à être attristés par ces comportement inhumain de ces assaillants frères rebelles de CODECO.
    “Nous tous sommes attristés mais nous devons nous calmés en gérant notre tristesse d’une manière à nous amener à un changement integral que la paix puisse revenir en Ituri” a t il dit.

    Il a en outre fustigé ce qu’il considère comme “ circulation des armes ” entre les mains des civils, avant d’inviter les jeunes œuvrant dans les forces négatives à déposer les armes et cultiver l’amour entre les communautés de l’Ituri.

    Constant Same Bagalwa

    Leave A Reply