Archives

    Le Gouverneur Abdallan Pene Mbaka lors de son arrivée à Bunia comme commissaire spécial en 2015
    Photo d’archive
    Dans un entretien téléphonique avec buniaactualite.com depuis kinshasa où il séjourne, le gouverneur de province de l’Ituri affirme qu’il y a une contre-pétition qui circule et qui a déjà recueilli plus de 200.000 signatures en vue de rejeter la démarche de la société civile tendant à demander son départ.
    « Il y a une autre pétition avec plus de 200.000 signatures récoltées dans tous les territoires de la province. Elle s’oppose à la démarche de la société civile qui veut déstabiliser les institutions provinciales. Elle va être déposée incessamment au chef de l’Etat » a affirmé Abdallah Pene Mbaka.
    Réagissant à la démarche de la société civile entamée dans la capitale congolaise, il s’est montré trop critique contre son coordonnateur Jean Bosco Lalo:
    « Il va falloir d’abord authentifier les signatures que monsieur Lalo prétend avoir récolté parce que nous savons comment il les a eu. Ensuite les griefs qu’il présente sont fantaisistes. On sent qu’il s’agit d’un acharnement d’un homme, Jean Bosco Lalo contre ma personne » a-t-il confié.
    Le gouverneur Abdallah a même minimisé la démarche entreprise par ses détracteurs à Kinshasa
    « Aucune autorité ne les a reçu et aucune ne les recevra. Ils ont essayé d’obtenir une audience mais elle leur a été refusée »
    Depuis quand Lalo est devenu kabiliste ? S’est interrogé le chef de l’exécutif provincial.
    « C’est lui qui avait injurié le chef de l’Etat lors de sa première visite en Ituri et aujourd’hui il devient son défenseur ? On connait qu’il y a un réseau qui l’utilise et qui le finance pour salir mon image et le moment venu je vais dévoiler ce réseau » a conclu M. Pene Mbaka
    Le conflit entre le gouverneur et la société civile de l’Ituri a commencé quelque mois après son élection en 2015. La société civile a estimé qu’il est incapable de faire décoller la nouvelle province. Une motion de défiance largement soutenue par cette structure citoyenne et qui visait la déchéance du gouverneur et toute son équipe avait échoué à l’assemblée provinciale.
    Sur recommandation du ministre de l’intérieur, un dialogue avait même été initié entre les deux parties mais sans succès, chacune ayant durci ses positions.

    La Rédaction

    Leave A Reply