Archives

    La province de l’Ituri, située au Nord Est de la RDC fait face depuis le mois d’avril dernier à une recrudescence de l’insécurité carrectrisée par des tueries de civils et des soldats loyalistes, l’incendi des maisons ainsi que des scènes de pillage systématique des villages à Djugu, une situation qui s’étend progressivement sur le territoire voisin de Mahagi.

    Des hommes en armes identifiés aux « assaillants » actifs dans cette région, mais aussi les rebelles ougandais de l’ADF ainsi que la milice locale de FRPI au Sud du territoire d’Irumu, tous s’adonnent à des attaques contre les civils et les positions de l’armée, ce qui provoque un déplacement de milliers des populations en direction des localités environnantes ou vers en l’Ouganda.

    Au début de cette année 2019, plus de 50 personnes ont déjà perdu leurs vies dont une vingtaine d’éléments des forces de l’ordre suite aux différentes attaques des ces hommes armés, une situation qui préoccupe la classe politique en province.

    Selon le député nationale honoraire Dudanga Kavarios, le gouvernement congolais devrait placer le dossier de l’Ituri à l’avant plan de son programme.

    « Nous ne comprenons pas la persistance de cette situation, il faut qu’il y ait rétablissement de l’autorité de l’État, dans le cas contraire les autorités sécuritaires devraient tout simplement demisionner » lance-t-il dans une interview accordée à buniaactualite.com

    Cet acteur politique sollicite aussi une franche collaboration entre l’armée et la population des régions touchées par ces exactions.

    Au moins 8 villages ont été attaqués le lundi dernier dans une zone située à cheval entre les territoires de Mahagi et Djugu, faisant une dizaine de morts.
    La semaine dernière, des dizaines de milliers d’habitants vivant le long du littoral du lac Albert, ont fui leurs villages, craignant pour leur sécurité et ont trouvé refuge à Tchomia et Nyamamba, sans aucune assistance humanitaire.

    La Rédaction

    Leave A Reply