Archives

    A bientôt 1 mois depuis l’entrée en vigueur de l’état de siège décrété par le président Tshisekedi dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, l’équipe militaire dirigeante affiche complet à Bunia.

    Le Lieutenant-Général Luboya N’Kashama Johnny qui l’a affirmé ce mardi 1er juin 2021 lors de la présentation par la police d’un groupe de bandits armés arrêtés dans certains quartiers de la capitale provinciale de l’Ituri.

    Nous sommes arrivés ici, il fallait qu’on évalue la situation, il fallait qu’on connaisse ce qu’on appelle la valeur opérationnelle et on allait monter en puissance petit à petit ”, à affirmé le gouverneur militaire de cette province dans des propos recueillis par buniaactualite.com

    Selon l’autorité provinciale, toute l’équipe qui va diriger l’Ituri durant cette période exceptionnelle est déjà arrivée, notamment le nouveau commandant région militaire, le Général Clément Bitangala et ses deux adjoints, le Commissaire provincial de la police, le Commissaire Divisionnaire adjoint Ngoy Sengelwa, le tout nouveau président de la cour militaire le Lieutenant-Colonel Magistrat Dienga Akelele Kelly ainsi que le nouvellement nommé commandant du secteur opérationnel FARDC dans cette province, le Général de Brigade Kasongo Maloba Rigobert.

    Toute l’équipe est déjà là et on va nous renforcer en personnel d’ici là, d’ici la fin du mois. Nous allons graduellement ”, a renchéri chef de l’exécutif provincial.

    Cette déclaration du patron de l’état de siège en Ituri intervient au moment où des voix commencent à se lever pour demander à l’armée de vite se mettre au travail pour traquer par la force des armes tous les groupes armés opérant dans les territoires de Djugu, d’Irumu et de Mambasa.

    La veille, plus de 50 civils ont été lâchement abattue dans une nouvelle incursion signée par les rebelles ougandais de l’ADF dans les localités de Boga et Tchabi, créant une vive indignation au sein de l’opinion.

    Il y a des personnes qui pensent qu’ils peuvent encore nous humilier en faisant ce qu’ils ont fait hier à Boga et à Tchabi, mais rassurez-vous, ça va s’arrêter ”, a dit d’un ton ferme M. Luboya N’Kashama.

    La Rédaction

    Leave A Reply

    error: Content is protected !!