Archives

    Fils de feu Nestor Watum, l’un des tout premiers universitaires originaires de l’ancien district de l’Ituri, Louis Watum est un chevronné de l’industrie minière qui traîne derrière lui une élogieuse carrière de plus de 30 ans dans le domaine.

    Actuel directeur de Ivanhoe Mining basée à Lubumbashi dans le haut Katanga et ancien patron de Kibali gold mining, il s’est présenté comme candidat sénateur pour les élections prévues ce vendredi 16 mars à l’assemblée provinciale.

    Dans un échange avec buniaactualite.com, il a tenu a répondre à ceux qui le traitent d’un pion des multinationales envoyé dans la politique congolaise pour protéger leurs intérêts après les derniers amendements intervenus dans le code minier.

    « J’ai échangé avec plusieurs instances au sommet de l’Etat, et j’ai insisté sur le fait qu’on doit travailler sur la bonne gouvernance pour espérer le développement du pays. Donc je ne roule pas pour les lobbies miniers, je roule pour notre pays. Pour preuve, j’ai eu parfois de grandes divergences de vue avec ces lobbies miniers, ils ne me contrediront pas sur ce point. Je ne suis animé que d’un seul esprit, c’est celui de voir l’intérêt du pays avant tout » déclare-t-Il.

    M. Watum dit venir contribuer également pour la relance de la société minière de Kilo Moto, Sokimo, une entreprise étatique basée dans les provinces de l’Ituri et du Haut-Uélé, mais qui est presque en faillite.

    « Concernant la Sokimo je voudrais d’abord dire que nous les ituriens sommes nous-mêmes les architectes de notre propre misère parce que nous restons divisés » explique le candidat sénateur, dénonçant également le manque d’une réelle volonté politique.

    « Par le passé j’avais été approché par les plus hautes instances de la République qui m’avaient demandé de présenter un plan de relance pour la Sokimo. Je l’ai fait et présenté, mais c’est resté sans suite à ce jour» poursuit-t-il, avant d’ajouter:
    « Nous savons comment relancer la Sokimo, nous avons fait de grandes restructurations pour des entreprises multinationales, ce n’est pas la Sokimo qui va nous faire échouer. Nous savons comment faire mais il faut une volonté politique au plus haut sommet de l’État et pour cela il nous faut être unis nous les ituriens en arrêtant avec cette politique de bas étage qui consiste à ne pas parler le même langage et ne poursuivre qu’un auto enrichissement des dirigeants».

    Concernant le mandat de sénateur qu’il revendique, Louis Watum dit être conscient de l’obligation des résultats qu’attendent les ituriens. Tout en reconnaissant être à l’apprentissage et à l’écoute des challenges de la Province, il demande aux députés provinciaux de lui confier leurs voix pour lui donner la chance de mettre sa longue expérience et son riche carnet d’adresses au profit de cette dernière.

    Originaire du territoire de Mahagi, chefferie de War Palara, l’ingénieur Watum est détenteur d’un diplôme en polytechnique obtenu à l’Universite de Lubumbashi, avec à son actif, la construction de plusieurs mines à travers le monde.

    La première qu’il a construite, c’est en Afrique de l’ouest à hauteur de 175 millions de dollars. La deuxième, c’est celle de Kibali située dans la province du Haut-Uélé en RDC, avec 2,5 milliards de dollars.

    Actuellement il construit deux grandes mines au Katanga, toujours en RDC, l’une de Zinc qui requiert un capital de 500 millions de dollars et l’autre de cuivre avec une bagatelle somme de 6 milliards de dollars et dont la durée de vie est estimée à 100 ans.

    La Rédaction

    Leave A Reply