Archives

    L’armée congolaise a mis au clair l’implication des Banyabwisha, ces populations Hutu d’expression Kinyarwanda, dans les dernières attaques sur les localités de Boga et Tchabi dans le sud du territoire d’Irumu en Ituri.

    Dans une communication faite à la presse ce dimanche 13 juin 2021 à Bunia, le porte-parole des FARDC dans cette province a confirmé la rédition de 5 parmi eux, munis de 5 armes de type AK-47.

    “ Suite à l’intensification de la pression militaire exercée sur les ADF et leurs alliés, nous avons enregistré 5 réditions des sujets Banyabwisha munis de 5 armes ” à dit le Lieutenant Jules Ngongo dans des propos recueillis par buniaactualite.com

    Les 5 détenus sont déjà transférés à l’état-major du secteur opérationnel FARDC à Bunia, a indiqué la même source.

    Cette révélation de l’armée vient conforter la thèse déjà avancée par la communauté Nyali de Tchabi, principale victime des tueries, qui dans un communiqué, avait déjà pointé du doigt des “ personnes d’expression Kinyarwanda ” comme auteurs des attaques ayant conduit à la mort de plus d’une centaine de civils.

    Pourtant, dans un élément sonore qui a circulé sur les réseaux sociaux, la communauté des Hutu congolais, a démenti toute implication de ces migrants installés dans le sud Irumu, prétendument à la recherche des terres arables, dans les violences en cours, s’en prenant même à un député national élu de la contrée qui avait soutenu du haut de l’hémicycle de l’assemblée nationale, l’alliance entre les ADF et les Banyabwisha pour exterminer les populations autochtones de Tchabi, Boga et Mitego.

    La Rédaction

    Leave A Reply

    error: Content is protected !!