Archives

    Le Gouverneur Abdallah Pene Mbaka (2e à gauche)dans un meeting populaire à Blukwa-mbi, territoire de Djugu
    le 22 decembre 2017
    Photo ©Luc Malembe
    A la tête d’une forte délégation du comité provincial de sécurité et de la notabilité, le gouverneur de province de l’Ituri a parcouru ce jeudi la soixantaine de kilomètres qui séparent Bunia et le territoire de Djugu où une tension est perceptible entre les deux principales ethnies de cette contrée.

    Sur une route sablonneuse difficilement praticable, Abdallah Pene Mbaka a tenu tour à tour un meeting à Drodro en zone Hema et à Blukwa-Mbi chez les Lendu, avec comme grand message: la paix et la cohabitation pacifique, gage d’un développement durable dans cette contrée, épicentre de la guerre interethnique qui a déchiré l’Ituri entre 1999 et 2003 et où les affres se font encore voir.

    « C’est depuis plus de 50 ans que les ituriens réclamaient une province mais kinshasa ne voulait pas parce qu’on se disait que si on donne une province aux ituriens, ils vont s’entretuer. Aujourd’hui vous voulez leur donner raison? » a-t-il demandé, sur un ton ferme, aux uns et aux autres.

    Chez les Hema, il a donné l’occasion au Chef Longbe des Walendu Pitsi de lancer un message de paix et de réconciliation, alors que la méfiance entre les deux ethnies voisines est perceptible. Il a donné la même occasion au Chef Pilo des Bahema Nord de s’adresser aux Lendu de Blukwa-Mbi pour demander pardon au nom de toute sa communauté et pour appeler à la baisse de la tension.

    Parmi les grandes mesures prises, la fin de l’impunité et la relève de tous les policiers et militaires originaires de la contrée:

    « Le chef de Bahema Nord et son collègue de Walendu Pitsi doivent nous aider à mettre la main sur les instigateurs de la crise. Ils les connaissent et je suis venu avec des autorités judiciaires civiles et militaires pour mettre la main sur eux » a-t-il lancé devant une population venue nombreuse l’écouter.

    « Le discours du gouverneur ainsi que celui des autorités traditionnelles a été favorablement accueilli » constate le député Pierre Claver Bedidjo, élu de ce territoire qui a par ailleurs demandé que tous les chefs locaux qui jouent mal leur rôle en attisant la haine ethnique, soient relevés de leurs fonctions.

    A la clôture de sa visite, l’autorité provinciale annonce une tournée des deux chefs traditionnels concernés en compagnie de l’administrateur de territoire pour sensibiliser leurs populations respectives à s’abstenir de tout acte de violence.

    « Le constat que je fais est simple, les gens avaient peur mais tous ont besoin de vivre en paix. Avec les services techniques de la province, nous allons nous consulter et il y a des chefs locaux qui seront interpellés. Pour ceux qui ont perdu leurs maisons, nous allons nous mobiliser avec les humanitaires pour leur porter assistance » conclu-t-il, appelant tous les habitants qui avaient déjà pris le chemin de l’exil à revenir chez eux pour que la fête de noël se passe dans la tranquillité.

    La Rédaction

    Leave A Reply