Archives

    Tout le mois de mars est dédié à la femme. À l’occasion du 08 mars de cette année, le monde entier célèbre la 167e journée internationale des droits des femmes. Parfois, ses droits sont dilués dans le port du pagne, la danse ou la musique, bref, l’ambiance. Les fondamentaux de ces revendications traditionnelles sont évoqués à chaque célébration et on s’en passe, en attendant le prochain mois de mars, pour revenir sur les mêmes revendications.

    Géorgine Akotako Maveleyo, candidate députée provinciale aux élections de 2023, a lors d’un entretien avec la presse, recommandé aux femmes l’amour, la paix et la persévérance dans le combat pour leurs droits.

    En postulant, elle voulait s’engager à œuvrer à leurs côtés pour défendre leur cause auprès des décideurs. Malgré son échec, elle promet de poursuivre son combat pour défendre les droits des femmes même en dehors du parlement et maintient le cap pour la prochaine législature.

    Par ailleurs, cette femme avec des qualités hors normes a également à l’occasion de cette journée encouragé toutes les femmes leaders qui militent pour leur émancipation et salué le résultat escompté dans la lutte pour le droit de la femme à ces jours.

    Il sied de signaler que la participation des femmes dans les institutions délibérantes du pays, les assemblées provinciales, l’Assemblée nationale et prochainement le Sénat, demeure ainsi l’unité de mesure des droits et des devoirs des femmes. Le compte à rebours a donc commencé avec l’application du taux de 30 % de parité homme et femme prôné par la loi concernant les droits des femmes.

    Pour cette année, le thème retenu au niveau international est ‘Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme’ et au niveau national, la journée sera célébrée sous le thème ‘Accroître les ressources nécessaires en faveur des femmes et des filles dans la paix pour un Congo paritaire’.

    Roméo Patient Lokana

    Leave A Reply

    error: Content is protected !!