Archives

    La Coordination provinciale de la société civile du Nord-Kivu soupçonne une complicité au sein des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), dans la gestion de la guerre d’agression menée par les Forces de défense du Rwanda, sous le label du M23.

    Dans sa déclaration de ce lundi 11 mars 2024, cette structure regrette que des entités passent les unes après les autres sous le contrôle des terroristes du M23, soutenus par le Rwanda alors que les FARDC observent un cessez-le-feu et jouent à la stratégie défensive. Ce qui détruit la société civile, c’est le fait qu’aucune initiative n’est entreprise par l’armée, après avoir cédé un village.

    “ Les initiatives pour la récupérer peinent à suivre et cela depuis la prise de Runyonyi et de Chanzu en 2022 ”, regrette la société civile. Depuis le 1er mars, plusieurs villages dont Nyanzale, Kikuku, Kibirizi, SomiKivu, Rwindi, Kihondo et Vitshumbi sont passés en l’espace de neuf jours sous contrôle de ces terroristes, des milieux où l’armée ne fournit aucun effort pour les reprendre des mains des agresseurs.

    La Coordination provinciale fustige l’attitude du gouvernement congolais, qui semble d’accord avec ces agissements des forces loyalistes. “ En dépit de l’augmentation des équipements militaires et des hommes de troupes, rien ne change sur terrain “, situation qu’accepte malheureusement Kinshasa pourtant, ” Ces tactiques militaires décriées laisseraient sentir l’odeur d’une complicité interne au sein de l’armée loyaliste et des institutions “.

    Pour la société civile, cette attitude de l’armée risque de conduire le gouvernement congolais à céder aux caprices des terroristes du M23/RDF, qui ne veulent qu’obtenir un dialogue direct avec les autorités de Kinshasa, volontée rejetée jusque-là par le pouvoir.

    Ceci pousse la société civile à s’interroger : Le gouvernement de la République a-t-il déjà vendu le Nord-Kivu ? Quels sont les éléments manquants au gouvernement et aux FARDC pour mettre fin à ce conflit ? Est-il nécessaire que la société civile mobilise l’ensemble de la population pour aller au front et affronter l’ennemi ?

    La Coordination provinciale de la société civile du Nord-Kivu invite le Président Félix Tshisekedi à déplacer le ministre de la Défense nationale et le chef d’état-major général des FARDC dans la ville de Goma, jusqu’à la reconquête de toutes les entités contrôlées présentement par les terroristes du M23/RDF.

    Guerschom Mohammed depuis Goma

    Leave A Reply

    error: Content is protected !!