Archives

    20 présumés auteurs des atrocités du territoire de Djugu comparaissent depuis le mercredi 12 septembre devant le tribunal militaire de garnison de l’ituri à Tchomia à 62 km au sud de la ville de Bunia au bord du lac Albert.

    Ces prévenus répartis en 4 groupes différents sont poursuivis pour crime contre l’humanité par meurtre, viol, persécution, incendie, déportation forcée de la population civile et terrorisme commis dans les villages riverains notamment Roo, Gobhu, Muvaramu, Kafé, Djoo,Tara, Nyamamba, Songa Moya et Muganga dans le territoire de Djugu.

    Depuis le mercredi dernier, le tribunal accorde la parole aux prévenus ainsi qu’aux avocats de la défense et de la partie civile, en examinant profondément chaque infraction individuellement.
    Pendant ce procès, les visages des victimes et des témoins sont cagoulés, leurs voix et noms sont également codifiés pour leur sécurité, une reponse à la requête des avocats de la partie civile.
    Le juge président de l’auditorat militaire de garnison de l’Ituri rassure que sa juridiction va juger dans une stricte indépendance.

    « Nous n’allons recevoir aucune injonction, même des politiciens. J’appelle les victimes et les témoins à venir car nous avons aménagé un isoloir pour leur sécurité » déclare le major Alain Kitamba dans un échange avec buniaactualite.com

    L’unité de la force navale des FARDC est associée pour une bonne sécurisation de ces audiences qui sont prévues selon les organisateurs, pour plus ou moins deux semaines.

    Les habitants de Tchomia et ceux venus des entités voisines accordent un intérêt particulier à ce procès. Des femmes s’asseyent à même le sol toute la journée malgré un soleil de plomb qui s’abat sur cette partie de la province de l’Ituri.
    Pour la population, l’attente est immense, la justice militaire doit prouver son impartialité dans ce procès pour que « les vérités » sur ces crimes soient révélées.

    C’est depuis le 25 juillet dernier que le tribunal militaire de garnison de l’Ituri organise ces audiences à l’intention de 70 prévenus au total accusés d’avoir commis des crimes en territoire de Djugu entre mi-décembre 2017 et avril 2018.

    Après Tchomia, ces chambres foraines pourront se poursuivre à Fataki un peu plus au nord, selon le juge président qui précise que ces activités sont financées par la MONUSCO et le gouvernement de la RDC.

    La Rédaction

    Leave A Reply