Archives

    ©Photo d’archive
    Ce dimanche 5 novembre, la commission électorale nationale indépendante, CENI a procède à la publication tant réclamée depuis une année du calendrier électoral en vue des élections devant déboucher au remplacement du Président actuellement en fonction dont le mandat a expiré depuis décembre 2016 et qui est interdit par la constitution de se représenter.

    Au terme de ce calendrier, le scrutin présidentiel est repoussé au 23 décembre 2018, chose que l’opposition considère comme une violation de l’accord de la Saint Sylvestre signé en décembre dernier sous les hospices des évêques de la CENCO et qui prévoyait la tenue de la présidentielle avant la fin de cette année en cours.

    A Bunia, cette question suscite des controverses au sein de la classe politique.
    « le PPRD est prêt à aller aux élections » confie Fidèle Dramani, secrétaire fédéral adjoint de ce parti en Ituri, ajoutant : « que ce soit en 2018, en 2019, en 2021 ou à n’importe quelle date, le Président Kabila tient à conduire le peuple aux élections »
    Mais, nuance-t-il, pas n’importe quelles élections. « Nous ne voulons pas des élections qui seront vite contestées, ou qui vont faire couler le sang. Laissons la CENI prendre le temps nécessaire qu’il lui faut et faisons lui confiance »
    Quant à savoir qui est le candidat de ce parti aux élections, M. Dramani répond : « notre candidat sera connu le moment venu, lors du dépôt des candidatures »

    Cote opposition, c’est la déception.
    « ce calendrier ne respecte aucune loi et viole la constitution. C’est un calendrier issu de la pression internationale. Il faut que tous les ténors de l’opposition, je cite Vital Kamere, Moise Katumbi, Felix Tshisekedi et Eve Bazaiba analysent ce calendrier en vue de dégagera une position commune » estime Lievain Binwengi, secrétaire fédéral en Ituri de l’union pour la nation congolaise, UNC en sigle

    Pour la société civile, seulement quelques organisations ont réagi en nationale.
    Le mouvement citoyen Lutte pour le Changement considère ce calendrier comme une déclaration de guerre. Dans un communiqué, ce mouvement appelle le peuple congolais à la désobéissance civile et affirme ne plus reconnaitre le Président Kabila ni la CENI ni le gouvernement de Kinshasa.

    En attendant, l’opposition congolaise, réunie dans un front commun, annonce une conférence de presse ce Lundi à Kinshasa pour donner sa position. Dans cette conférence, on pourrait voir pour une fois, les grandes figures de l’opposition côte à côte, notamment ceux de Udps, Unc, Mlc et G7.

    La Rédaction

    Leave A Reply