Archives

    C’est en exécution de l’ordonnance présidentielle signée le 30 décembre 2020 portant mesure de grâce du chef de l’État Félix Tshisekedi qu’au total 80 prisonniers, parmi eux 3 femmes éligibles à la prison centrale de Bunia ont été remis ce samedi en liberté.

    Selon le Directeur de cette maison carcérale, l’article 5 de ladite ordonnance limite les infractions pour lesquelles on ne doit pas libérer.

    « Toutes les infractions de sang, on ne doit pas libérer, entre autres l’assassinat, le meurtre, association des malfaiteurs et là s’ajoutent ceux-là qui ont pris les armes, ceux poursuivis pour détournement des deniers publics et atteinte à la sécurité de l’État » a indiqué à buniaactualite.com le Major Camile Nzonzi.

    Il a en outre précisé qu’il y a ceux-là qui étaient condamnés à 15ans, qui ont passé beaucoup de temps en détention et qui sont désormais libres.

    M. Nzonzi a appelé les heureux libérés à s’amender et se réinsérer dans la société pour qu’ils ne puissent pas retourner en prison.

    « Quand ils reviennent encore ici, ils seront obligés de récupérer d’abord les peines qui sont restées et puis la deuxième cause à leur charge » a-t-il rappelé.

    Il faut cependant noter que la libération de 80 détenus ne change rien dans une prison construite jadis pour 200 pensionnaires mais qui connait actuellement une surpopulation carcérale, avec plus de 1.627 prisonniers dont la majorité n’ont jamais été jugés, a conclu le Major Camille Nzonzi.

    Constant Sam Bagalwa

    Leave A Reply