Archives

    Le prix de l’essence est déjà revu à la baisse en ville de Bunia, capitale provinciale de l’Ituri. D’environ 10.000 FC le litre auprès des revendeurs à la sauvette (Kadhafi : ndrl ‘), il se négocie actuellement entre 4500 et 5000 FC. Une bonne nouvelle pour la population, mais les inquiétudes persistent encore.

    Au niveau de quelques stations-service visitées à Bunia ce samedi 25 novembre 2023, le prix d’un litre d’essence navigue entre 4.000 et 4500 FC, ce qui a pour conséquence directe la stabilité du prix auprès des revendeurs qui, il y a quelques jours, imposés d’une façon « brutale » leur prix aux consommateurs ( conducteurs des engins roulants et autres : motos, véhicules, ….).

    A la base de cette baisse, l’entrée à Bunia de quelques camions citernes qui étaient bloqués sur la RN 27 depuis plusieurs jours suite au délabrement très avancé de cette route capitale pour la région. La satisfaction est remarquable, mais la solution n’est pas encore, semble-t-il, durable.

    C’est bon comme il y a baisse du prix. Vivre était devenu presque un enfer chez moi. Le prix du transport avait également galopé, même les produits de première nécessité ”, se réjouit monsieur Baraka. Mais ce jeune père de famille, comme de nombreux habitants de Bunia, veut mieux que ça. “ Vous savez, la pluie continue. La RN 27 n’est pas encore asphaltée, donc il y a encore risque que des véhicules puissent être bloqués, surtout pendant cette période pluvieuse. Il faut vraiment une solution durable par rapport à cette route ”, a-t-il plaidé.

    Il y a quelques mois, un litre d’essence frôlait le un dollar américain (2.500 à 3000 FC), beaucoup sont ceux qui veulent revivre cette tarification. “ Le prix a baissé, mais ce n’est pas encore là où nous voulons. Il faut que ça revienne à 1 dollar, ou moins comme auparavant ”, plaide un taximan moto.

    Saluant l’intervention des autorités compétentes qui a facilité le désenclavement de la route, le président des importateurs des produits pétroliers en Ituri insiste sur le respect de la tarification légale par ces membres. “ J’appelle tous les pétroliers à se conformer aux nouveaux prix du carburant à la pompe ”, a-t-il martelé.

    Une demande qui risque malheureusement de souffrir, si la route nationale numéro 27 continue à demeurer dans son état actuel pendant cette période pluvieuse, où des bourbiers se créent fréquemment faute d’une maintenance régulière ou encore d’un asphaltage de ce tronçon.

    Rédaction

    Leave A Reply