Archives

    Henry Mova Sakanyi, Ministre congolais de l’Interieur et securité
    Photo d’archive
    Le ministre de l’intérieur et sécurité, henry Mova Sakanyi, à la tête d’une forte délégation gouvernementale qui a séjourne en Ituri depuis le 05 mars dernier, a clôturé sa mission ce vendredi 16 mars sur une note « d’espoir » en ce qui concerne le rétablissement de la paix en territoire de Djugu, victime de des atrocités interethniques entre Hema et Lendu depuis décembre dernier.
    « Nous avons effectué notre mission en trois phases : l’arrêt de l’hémorragie sécuritaire, l’arrêt des tueries, la sécurisation des zones en rétablissant l’autorité de l’Etat, et puis le retour des populations dans leurs milieux pour leur permettre de vaquer librement à leurs occupations avec la poursuite des opérations militaires, nous avons en même temps engagé un dialogue auquel les acteurs de tous bords ont pris part » a-t-il déclaré devant la presse locale avant de prendre son avion pour Goma dans le Nord-Kivu.

    Lors de sa visite mercredi à Kpandroma, bastion Lendu dans ce territoire de Djgu, et à Blukwa chez les hema la veille, M. Mova a réussi à obtenir la signature d’un acte d’engagement pour la paix entre les deux communautés. En trois points, les deux communautés se sont engagés à s’impliquer activement pour le retour de la paix, dénoncer les assaillants et collaborer avec les forces de l’ordre et de faciliter la libre circulation des personnes et de leurs biens sur tous les axes routiers de ce vaste territoire.

    Il faut dire cependant que dans ce document dont l’AFP s’est procuré une copie, signé par sept autorités traditionnelles sur les onze que compte cette entité, il n’est fait mention d’aucune garantie, aucune condition et aucun préalable à cette paix négociée dans la douleur.
    Déjà jeudi, peu avant le retour de ce dernier, une vive tension a régné dans la ville alors que les déplacés du camp de l’hôpital général se sont mis à jeter des pierres contre un ministre provincial Lendu, venu leur apporter de l’assistance. Il été sauvé de justesse par un commissaire de police, arme à la main, qui lui n’a pas survécu à ses blessures venant des projectiles lui lancés en cet endroit.

    La Rédaction

    Aucun commentaire

    1. Nous ne faisons accueillir que les touristes ici à Bunia. Leurs problèmes sont loin de notre attente. Pourquoi je le dit ainsi; cela se remarque par leur discours. pour montrer à l’opinion publique que, lui aussi a fait quelque chose dès son passage en Ituri.
      A mon avis il faut éviter de dire des mensonge au vu et au su de ces pauvres malheureux chassé de leur maison, dépourvu de tout leur bien dont ses frères, sœurs… sont assassiné. La première remarque que je tiens à vous donner concerne l’appellation “confit” Lendu & Hema: Il s’agit de massacre organiser à partir du territoire de Lendu connus par tous pour massacrer les Hema. c’est claire. cela appartient à Lendu de denicher ces assassins qu’ils gardent chez eux.
      A partir du moment ou, le mot “conflit” est remplacé par “assassin”, les militaires auraient déjà exterminer ses assassins.
      Nous les autorités, nous qui avons le pouvoir comportons nous en responsable. Dans le cas contraire, nous devenons ridicule après avoir terminer le mandat dans lequel nous avions le pouvoir. cela se remarque par la disparition de ton nom, car c’est humiliant.
      Alors que cette situation de Djugu, ne demande pas une grande réflexion comme le fait les autres. Une réflexion romantique, psychologique, … pour en arrivée sur une conclusion qui n’engage que leur réflexion utopique alors que on laisse le vrai problème en suspend.
      Tel que je voix les choses, cette façon d’aborder la situation de Djugu, poussera à rentrer dans cette guerre tribale que veulent les autorités en place.

    Leave A Reply